Image Resizing


Partagez | 
Page 1 sur 1
avatar
Player
"Player"
Icône personnage :
Framboises : 318
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Paresse
Fiche : www.
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
Boîte à sms : www.
"Player"
Icône personnage :
points
Framboises : 318
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Paresse
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 318
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Paresse
Fiche : www.
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 318
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Paresse
Fiche : www.
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
Boîte à sms : www.
[LIBRE]When the unknown leads you to someone
(Mar 20 Juin - 21:04)
bal
When the unknown leads you to someone
PV LIBRE

Elle pose ses petits yeux bleus sur tout ce qui l'entoure, émerveillée. C'est un endroit magnifique rien que pour elle toute seule. Pas un seul bruit, pas une seule personne. Il n'y a personne pour la déranger, personne pour lui faire peur, personne pour se moquer d'elle. Le soleil quant à lui est sur le point de se coucher, la lumière ne la dérange aucunement. Elle pose doucement ses pieds par terre et tente d'éviter les déchets. A chaque fois qu'elle en voit un par terre, ses sourcils se froncent. On dirait bien que de voir un si bel endroit aussi sale l'attriste un peu. Elle continue sa visite, en essayant de les ignorer comme elle peut. Elle n'avait encore jamais eu l'occasion d'aller dans un parc d'attraction, le monde qui y était lui faisait bien trop peur. Elle n'allait certes pas pouvoir profiter de toutes ces attractions, qui étaient sûrement en panne; mais la jeune fille n'était pas là pour ça de toutes façons. Elle voulait juste voir à quoi cela pouvait bien ressembler en vrai. Elle voulait voir, toucher, découvrir. Mais ce n'était peut-être pas le meilleur endroit pour le faire.

Ce pauvre lieu vandalisé et dégradé semble avoir un sombre passé. Et puis, tous ces écrits comme "sauvez moi", "il est là", "il t'observe", peuvent titiller la curiosité de chaque passant qui les aperçoit, mais avant tout leur font froid dans le dos. Tellement de questions qui planent au tour. Qui a bien pu les écrire? Et quand? A chaque fois que les yeux de la jeune fille se posent dessus, elle ressent un léger frisson, et son mal être grandit. Elle est seule dans ce parc d'attractions mystérieux. Toute seule dans un vaste endroit qu'elle ne connait pas. Un endroit où elle s'est aventurée sans réfléchir. Quelle idiote elle peut être par moments. Mais il ne faut pas lui en vouloir, elle s'est juste laissée engloutir par l'inconnu qui l'impressionne.

On pourrait croire qu'en voyant tous ces déchets, tous ces mots gravés dans les attractions, une tonne de questions se bousculerait dans sa petite tête. Mais non; il n'y a qu'une seule chose qu'elle se demande. Comment un endroit aussi beau, et aussi grand a pu être abandonné? Ou plutôt, pourquoi les gens ont-ils arrêté de venir ici? Si ça ne tenait qu'à elle, elle y passerait toutes ses journées. Malgré les déchets par terre, et certains endroits gravement amochés, ses yeux se régalent. Un tel endroit... Elle veut en garder un souvenir; elle sait très bien que ses yeux ne le lui permettront pas. Sa mémoire visuelle est affreuse. Alors, elle cherche un endroit où elle pourrait étendre la couverture qu'elle a apporté, qu'elle trouve rapidement. Assise devant l'attraction avec des tasses, elle sort son carnet à dessin pour en faire un rapide croquis.

Mais le bruit de son crayon grattant la feuille augmente son sentiment de mal être. Dans ce vaste parc, elle seule. Toute seule. Il n'y a pas un seul bruit, pas un seul signe d'être vivant. Elle a certes peur de la foule, mais elle a encore plus peur de la solitude. Maintenant que l'inconnu a lâché sa main et la laisse partir, elle commence à se rendre compte de sa situation. Elle commence à se sentir mal, à avoir peur. Elle commence à entendre son coeur battre de plus en plus vite, à sentir ses jambes trembler, à sentir les larmes qui montent à ses yeux. Elle essaye de se raisonner, mais rien n'y fait. Tout à coup, elle entend un bruit; le vieux carrousel avec des chevaux démarre tout seul. La rumeur ne mentait pas. Surprise, et plus apeurée que jamais, elle crie et part en courant laissant ses affaires derrière elle. Mais elle ne va pas bien loin; dans son éternelle maladresse, elle trébuche et tombe trois mètre plus loin. Pleurant bruyamment, elle se met en boule et pose son front sur ses genoux. Elle a peur. Elle a peur. Elle a peur. Son coeur va sortir de sa poitrine, ses jambes ne l'obéissent plus, et ses larmes coulent à flot. Le soleil se couche, tout est désormais noir au tour d'elle; et elle est complètement paralysée.  

...

© Evyplevy - XXX mots


avatar
Let me be your King ~
"Let me be your King ~"
Icône personnage :
Framboises : 474
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : La luxure
Fiche : www.
Pouvoir : Transmission de pensées
Avatar : Ja'far ▬ Magi
Boîte à sms : www.
"Let me be your King ~"
Icône personnage :
points
Framboises : 474
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : La luxure
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Transmission de pensées
points
Avatar : Ja'far ▬ Magi
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 474
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : La luxure
Fiche : www.
Pouvoir : Transmission de pensées
Avatar : Ja'far ▬ Magi
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 474
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : La luxure
Fiche : www.
Pouvoir : Transmission de pensées
Avatar : Ja'far ▬ Magi
Boîte à sms : www.
[LIBRE]When the unknown leads you to someone
(Jeu 10 Aoû - 13:48)
bal

When the unknown leads you to someone      



EvyPlevy
Simba

▬ It's not my fault !

« Simba, tu es vraiment une perle de bonne humeur. On ne s’ennuie jamais avec toi ! »

Et pourtant qu’est-ce qu’eux peuvent t’ennuyer. C’est fou. Tu souris mais dans le fond tu n’as qu’une envie : rentrer chez toi pour dormir.

Cela fait plusieurs jours que t’es clients sont d’un ennui mortel, et tu ne joues pas sur les mots. Si tu n’étais pas déjà mort, certainement que t’aurais aimé mourir pour leur échapper. C’est bien parce qu’ils te donnent des informations non négligeables que tu te forces à passer la soirée avec eux, autrement tu retournerais bien voir tes petits clients qui eux, même s’ils n’ont pas grand-chose à donner, te divertissent plus que ces nouveaux riches qui se prennent pour les maitres du monde à avoir la main mise sur tout et n’importe quoi. L’hôpital qui se fout de la charité ? Mais non voyons. Toi quand tu manipules, c’est rarement pour t’amuser.

Il faut bien se trouver des excuses pour admettre ne pas ressembler à ses semblables.

...

Ce matin, tu t’étais levé aux alentours de seize heures. La soirée de la veille avait été longue et ta nuit plutôt courte en contrepartie. Tu avais certes réussi à obtenir pas mal de choses de ton client, aussi ennuyant soit-il, mais dire que tu n’étais pas content de retrouver ton lit en rentrant serait mentir. Alors tu en avais profité. Après tout, c’est pas comme si tu avais des obligations pendant la journée. Tu étais connu comme étant un oiseau de nuit après tout, et peu de gens ignoraient qu’il ne fallait pas venir te chercher des noises avant la tombée du jour.

Mais aujourd’hui, t’avais envie de bouger. Incroyable mais vrai, tu t’es levé de ton lit dans l’idée d’aller te balader un peu. Où ? Aucune idée, là où tes pas te porteront certainement. Après avoir pris une bonne douche revigorante, tu t’étais rapidement habillé pour sortir. Un t-shirt mal repassé et un jean suffiront pour aujourd’hui. Après tout, t’as prévu de voir personne, alors les apparences peuvent bien rester au placard pour une fois.
Une fois à l’extérieur, tu t’étais rendu compte ne pas avoir pris le temps de manger un morceau ou boire quelque chose. Est-ce vraiment important ? Depuis quelques temps, tu as l’impression de manger parce que tu avais l’habitude de le faire en étant vivant, mais tu n’es même pas certain que ce soit nécessaire depuis que tu es sur New-Life. Certainement qu’aujourd’hui tu mettras ton corps à l’épreuve pour voir ce que ça donne.

Deux heures. C’est le temps que tu as tenu avant que ton estomac ne manifeste de toute évidence son mécontentement dû au fait que tu n’avais rien mangé depuis la veille au soir. Bordel. T’es mort et tu ne peux même pas être tranquille avec ça ? Vraiment. Un rien t’agace aujourd’hui, il faut croire que tu t’es levé du mauvais pied.
Après t’être arrêté dans une petite boulangerie de quartier pour y acheter une quinzaine de chouquettes (oui, tu ne fais pas dans la demi-mesure, c’est tout ou rien avec toi.), tu avais repris ta route vers l’inconnu tout en grignotant.

*Maman, j’ai mal aux pieds !*
*Bordel de téléphone de m*rde, tu vas envoyer ce message oui ?!*
*Est-ce que je devrais acheter cette robe ? Elle est vraiment trop belle…*


A trop te concentrer sur les pensées des autres, tu t’étais perdu dans les tiennes. C’est certainement pour ça que même si tu voulais te laisser guider par tes pas tout en gardant un certain contrôle, tu t’étais retrouvé dans le quartier fantôme. C’était bien la première fois que ça t’arrivait, tiens. Pas de venir trainer ici, mais de te perdre dans tes songes à ce point. Il ne faudrait pas que ça arrive trop souvent, tu risquerais de te faire avoir.

S’il y a bien un endroit que tu apprécies particulièrement dans ce quartier fantôme, c’est le parc d’attraction abandonné. A première vue, cela peut paraître extrêmement glauque d’aimer trainer dans cet endroit sans vie qui alimenterait n’importe quel cauchemar d’enfant, mais toi ça te plait. Vivant, tu n’as jamais pu mettre les pieds dans ce genre d’endroit. Disons que tu n’avais pas les moyens, et une fois que tu les as eus tu n’as pas vécu assez longtemps pour en profiter. Alors même si les manèges ne fonctionnent plus et sont parfois un peu détériorés, tu aimes te balader entre ceux-ci.

Au détour d’un manège, tu avais pu apercevoir une silhouette assise au sol, un carnet entre les mains. Particulièrement doué de discrétion, tu n’avais rien dis pour ne pas te faire remarquer mais tu n’oubliais pas d’observer pour autant. C’est rare, d’avoir de la compagnie par ici. En essayant de te glisser dans son esprit sans te faire remarquer, tu ressens rapidement les sentiments de la demoiselle qui, bien qu’assise à dessiner, semble en réalité mourir de trouille. C’est plutôt drôle ça. Pourquoi reste-t-elle ici si elle n’est pas à l’aise ?

En réalité, tu t’en fiches un peu des raisons qui la pousse à rester là. Toi, tout ce que tu vois c’est une opportunité de te divertir un peu.

Toujours silencieux et discret, tu t’étais simplement dirigé vers le carrousel, seul manège que tu savais être encore en état de marche. C’était mal, tu le savais très bien. Est-ce que ça allait t’arrêter pour autant ? Pas vraiment.
Ouvrant le panneau de contrôle du manège, tu n’avais pas hésité longtemps avant de tourner la vieille clé et appuyer sur le bouton de mise en marche. Un petit sourire étira tes lèvres lorsque tu vis le carrousel s’animer et les cheveux commencer à monter et descendre tout en tournant. Magnifique spectacle à tes yeux, quand bien même les rouages sont légèrement rouillés et grincent de manière un peu stridente par moment.

Peut-être pas aussi strident que le cri qui parvint à tes oreilles pendant les secondes qui suivirent. Oups. Tu avais peut-être poussé le bouchon un peu loin cette fois.

Sortant de ta cachette, tu la vois trébucher et se ramasser en beauté sur le sol poussiéreux. Aïe. T’aurais presque mal pour elle, la pauvre. Tu t’avances, les mains dans le dos, avec ton éternel air innocent gravé sur ton visage.

« Tout va bien mademoiselle ? Je vous ai entendu crier. »

Tu t’approches jusqu’à rester à quelques mètres d’elle et t’accroupir et poser ton menton sur tes genoux.

« Que fais-tu ici ? »

Page 1 sur 1

Ouvrir les outils de navigation et modération
Sauter vers: