Image Resizing


Partagez | 
Page 1 sur 1
avatar
Player
"Player"
Icône personnage :
Framboises : 318
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Paresse
Fiche : www.
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
Boîte à sms : www.
"Player"
Icône personnage :
points
Framboises : 318
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Paresse
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 318
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Paresse
Fiche : www.
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 318
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Paresse
Fiche : www.
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
Boîte à sms : www.
■■ La foule
(Ven 1 Aoû - 2:52)
bal
Elle avait la possibilité de voir. Après tout, l’œil humain s’adapte vite au noir. Et puis, il y avait la pâle lumière des lampadaires qui éclairait tant bien que mal la rue. Mais elle refusait de voir. Sa vision était comme brouillée. Et elle n’arrivait à poser son regard nulle part. Et la seule chose qui défilait devant elle n’était qu’un paysage noir difforme. On aurait presque cru que la ville était recouverte d’un voile noir.

Et tout son bon sens parti - sa peur l’invita dans une drôle de danse.

Dans ces ruelles, il n’y avait plus qu’elle et le son de sa forte respiration, de ses pas, des battements de son cœur. Elle était à bout de souffle, ses chevilles étaient en compote, mais la peur lui donnait la force de continuer. Elle détestait cette impression d’être suivie. Elle détestait ce sentiment. Mais elle le haïssait tellement ! Cette impression d’avoir le regard de quelqu’un posé sur elle. Mais ne pas voir à qui il appartient. Ne pas voir ce qui l’entoure et qui se trouve à proximité d’elle. Prendre peur à chaque bruit qu’elle entendait, avoir besoin de savoir d’où il vient, et comment il s’est produit. Elle n’aimait pas ces endroits où elle était seule. Ces endroits sombres. Ce silence où elle pouvait s’entendre à perfection. Elle n’aimait pas la nuit. Ne pas voir, ne pas comprendre, être perdue, ne pas entendre, perdre toute possession de ses cinq sens, de son corps, de sa raison, de son être tout entier. Elle n’aimait rien.

Un cri déchira le silence – oh, elle existe toujours.


Elle courait. Elle courait. On aurait dit un gibier qui cherchait à échapper à son chasseur. Elle respirait fort. Elle gémissait. On l’aurait cru non loin de la mort – elle poussait son dernier râle. La voilà abattue par la peur. Ses pieds ne la tenaient plus. Et puis, tout d’un coup devant elle s’ouvre un tout nouveau paysage. Elle s’arrête brusquement, elle tente de reprendre son souffle. Elle fut éblouie. C’était lumineux. Beaucoup trop lumineux.

Devant elle, des silhouettes par dizaines, par vingtaine, dansaient. Elle ne distinguait pas leurs visages, mais leurs formes suffisaient. En un rien de temps, elle se retrouva perdue dans cette foule nocturne. Son cœur avait eu à peine le temps de se calmer, qu’il recommençait à battre fort. Elle était perdue parmi toutes ces silhouettes qui dansaient une folle farandole, dans ce bruit, aveuglée par la lumière des rues. Par où fuir ? Comment ne pas retomber sur ses pas ? Elle restait là, à regarder à gauche, à droite, derrière, devant. Elle tournait en rond. Elle n’avait plus aucun repère. Les silhouettes tentaient de l’inviter dans leur danse. Ils lui rentraient dedans, la frôlaient, la touchaient, leur contact si présent, si répétitif ; elle ne l’aimait pas, ça la déstabilisait, elle se sentait mal à l’aise, elle ne voulait pas qu’on la touche, qu’on la remarque, qu’on fasse attention à elle, à sa présence. Tout ce mouvement dont le sens paraissait indécis et qui tentait de l’entraîner tantôt d’un côté, tantôt d’un autre lui donnait le vertige. Elle avait la tête qui tournait, les pieds qui ne la tenaient plus, et une forte envie de pleurer. Son cœur allait l’abandonner d’une seconde à l’autre – mais quelle importance, elle n’en a plus besoin pour…. « vivre ». Elle sentait des dizaines de regards posés sur elle, elle n’entendait qu’une énorme salade de mots, qu’un énorme brouhaha dont elle ne pouvait distinguer aucun mot à part les rires. Elle se savait dans un piteux état. Elle n’aimait pas ça. Petit à petit, elle se faisait toute petite. Et au final, on ne la vit plus. Par terre, au milieu de cette foule, assise en boule, elle essayait de se calmer. Les yeux fermés, les oreilles bouchées, elle murmura « un, deux, trois ». Mais ça ne marchait pas. Sa respiration était toujours aussi saccadée, son cœur battait toujours aussi fort. Alors elle reprit « un, deux, trois ». Encore. Et encore. Encore une fois. Et puis, elle se mit à crier. « UN, DEUX, TROIS ! » Cette fois-ci, elle attira l’attention de la foule pour de vraie. Se rendant compte de sa bêtise, elle releva la tête. Les gens la fixaient bizarrement. Le brouhaha avait cessé, elle n’entendait plus que des chuchotements. La danse elle aussi avait pris fin, la foule était désormais immobile. Tous les regards étaient réellement sur elle désormais. Elle se releva. Les yeux en larmes, elle se mit à courir de nouveau dans une direction inconnue. Elle était perdue. Elle n’avait aucun repère. Elle ne savait pas où elle allait. Elle était dans un piteux état. Tant qu’elle pouvait fuir cette foule. Et ne plus se sentir désemparée.

Et puis… Dans sa course, elle trébucha. Elle plongea la tête la première. Mais sa chute fut rapidement arrêtée par quelque chose de doux. Elle essaya de s’en dégager rapidement en poussant la chose, sous le coup de la panique elle n’avait même pas vu qu’elle venait de rentrer dans quelqu’un. Elle releva la tête pour voir dans ce qu’elle venait de rentrer. La pauvre petite, elle n’avait même pas eu le temps de comprendre ce qu’il lui était arrivé que son visage était déjà en feu. Il ne lui fallut pas longtemps pour se rendre compte que c’était la poitrine de la demoiselle qu’elle venait tout juste de percuter qui l’avait sauvée de sa chute. Et que désormais, c’était sur cette même poitrine qu’elle avait posé ses mains. Morte de honte, la panique l’envahit et elle finit par tomber en arrière. Son visage était dirigé vers la sin, mais ses yeux, mouillés, regardaient ailleurs. A gauche, à dte, puis par terre.

« - Je… Désolée. balbutia-t-elle rapidement

Elle se releva rapidement, prête à reprendre sa course. Elle n’avait même pas fait attention au visage de la jeune femme, et n’avait pas remarqué qu’elle avait affaire à son sin. Elle ne voulait qu’une seule chose : fuir. Non, elle en voulait deux – fuir et oublier.

#663333


avatar
Non validé
"Non validé"
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
"Non validé"
Icône personnage :
points
Framboises : 298
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Aucun
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Aucun
points
Avatar : Aucun
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
■■ La foule
(Mer 1 Oct - 10:08)
bal
La foule

   
Evyplevy & Ashes



Un ciel d’encre dominait au-dessus de moi, une lune pleine et magnifique régnait en seule maîtresse, reine entourée de nuages semblant lui servir de manteaux de velours. Le vent soufflait doucement, portant ses paroles à qui voulait bien prêter l’oreille et rafraîchissant cette chaude soirée. Étant Canadienne, je trouvais le Japon en été bien trop chaud et humide à mon goût. Les lampadaires éclairaient doucement la rue, repoussant l’obscurité de leurs faisceaux lumineux. Les rues étaient remplies de gens sans être bondés, comme cette ville a la capacité de les rendre. Je marchais au travers de ces êtres insouciants de ma présence, satisfaite de ma soirée.

J’arrivais d’un rancard avec un humain. Un vivant de plus s’en allait répandre la rumeur du fantôme aux yeux rouges. Hahahaha! C’était mon petit bonheur cette rumeur, mon petit secret que je me gardais bien d’avouer à qui que ce soit. Il semblerait que mon petit jeu ait porté fruit, jeu qui consistait à passer du temps avec un vivant avant de disparaitre subitement. Cessant d’être visible, j’étais alors libre de savourer son faciès changer sous la surprise et la frayeur devant mon absence. Ou parfois je jouais au youkai, apparaissant habillée d’un kimono dans un endroit étrange, par exemple dans une ruelle isolée. Une fois la cible appâtée, je disparaissais pour réapparaitre à divers endroits jusqu’à ce qu’il ou elle s'enfuya, en proie à une douce panique. Ou encore je me mettaiss à suivre quelqu’un de cette façon en apparaissant par intermittence.

J’adorais tellement ça, mais si jamais le Game Master me prenait la main dans le sac, je me retrouverais pire qu’un player. Sans rang et sans pouvoir, une moins que rien. Mais tant qu’elle ne l'apprenait pas, tout allait bien pour moi.

Soudainement quelqu’un me rentra dedans et je tombai violemment sur le sol. Putain de merde, tu m’as fait mal! Le visage dans mes seins, il se releva en s’appuyant sur eux de ses mains. Tu faisais exprès de me faire mal ou quoi?! Imbécile, j'allais te faire regretter d’avoir sorti de chez toi aujourd’hui. Je me redressai et foudroyai du regard l’imbécile. Ha, c’était une jeune fille en fait. Elle avait de longs cheveux longs bruns très jolis, mais décoiffés comme pas possible. Lorsque je croisai son regard je la reconnu à ses yeux instantanément. Les yeux bleus métallique étaient rares et il n’y avait qu’une seule fille parmi les players qui en possédait, du moins à ma connaissance. La pauvre, elle était encore plus surprise que je ne l’avais été. Les yeux pleins d’eau, elle s’excusa et se releva sans me reconnaître. S'en était presque mignon. Je me levai à mon tour et soupirai, quelque peu exaspérée. Les seules émotions qu’elle semblait être capable d’éprouver variaient de la timidité maladive à des teintes de peur et de panique. Je n’aimais pas du tout les pleurnichards, mais bon. J'étais de bonne humeur, tant mieux pour elle.

-Ha, Evyplevy. Je te cherchais justement.

N’importe quoi, je ne la cherchais pas du tout.

-J’ai à te parler, petite, et je te laisse le choix. Soit l’on parle ici, au beau milieu de tous ces gens en bloquant le trottoir, soit l’on discute en marchant vers peu m'importe où ou l’on va s’asseoir à quelque part pour tranquillement converser. Qu’est-ce que tu décides?



   Fond by Obsession ; Codage by Bird for all forums ©
   


Page 1 sur 1

Ouvrir les outils de navigation et modération
Sauter vers: