Image Resizing


Partagez | 
Page 1 sur 1
Invité
avatar
"Invité"
Invité
Invité
"Invité"
bla
Habitat culturel [Lachrymosouchoupinouchou]
(Lun 26 Mai - 22:56)
bal


Hurlement


Eh mec.

Remue toi un peu.

Steuplait.

Mais non, y bronche pas dans sa jolie cage impeccable, monsieur le loup dort. Y'a pas le droit de dépasser la barrière et de toucher les cages qu'il dit le gardien, mais si on écoutait les gardiens on f'rait pas grand chose, ça c'est pas lui qui le dit, c'est moi. De toutes façons il dort. Et je sais qu'il me touchera pas, je le sais parce que je le sais, parce que je le sens et parce que tout ça. Être un chien ça a ses avantages, tellement d'avantages. Voilà qui s'casse le gardien, parce que y'a une gamine qui lui demande les biscuits spéciaux fournis par le zoo, pour nourrir les animaux là, ça fait plaisir aux gosses. Casse toi ouais. En plus j'aime pas ta moustache. Et la ride que t'as en plein milieu du front elle est moche aussi. Hors de ma vue. Merci. Hop, enjambée ta putain de barrière ! Tu crois quoi sale sous-fifre de merde ? Que tu vas m'empêcher de faire ce que je veux avec une barre de métal qui sert à que dalle ? Un gamin y passe dessous, un adulte au dessus, c'est juste fait pour tenter les gens et après une fois qu'il se sont bien fait bouffer le nez ou les doigts et qu'ils vont porter plainte parce que vos bestiaux ils crèvent d'ennui alors ils s'occupent comme ils peuvent vous pouvez bien dire "Ah ben non c'est pas d'not' faute m'sieur. Y z'avez qu'à pas dépasser la barrière, ça y est écrit partout dans not' zoo si les gens ils écoutent c'qu'on dit on peut rien pour eux". Salopard va. C'est ça ouais, disparais, j'sens que j'm'énerve là. J'suis très fort pour m'énerver quand y'a des choses qui m'saoulent et là tu vois ça m'saoule. Ça m'saoule ce genre d'endroit, j'ai toujours détesté, j'sais pas pourquoi j'suis v'nu. 'fin si je sais, je le sais, je le sais que je le sais en plus, c'est une sorte de fascination chelou pour ce que j'aime pas. J'ai besoin de me mettre mal parfois, pour me rappeler à quel point ma vie à moi elle est cool et c'que ça aurait pu être. J'ai besoin de détester des trucs, de les haïr du plus profond de mes tripes pour pouvoir aimer. C'est pas très sain p'têtre qu'on dirait comme ça, mais c'est comme ça. Et ça je déteste. Les zoos.

Les cages.

Les enclos.

Et ils s'y croient rois.

Comme moi je suis l'roi dans ma bagnole, j'sais qu'eux là, derrière les barreaux, ils sont orgueilleux de leur territoire, fiers d'être dominants quelque part, même sur une minuscule parcelle de terre ou de béton, rois d'un microcosme artificiel. Et alors on s'regarde. Parce qu'il a bien senti que j'étais pas comme les autres lui, il est pas con t'sais, il est pas roi pour rien. On est chacun dans notre petit monde et on se regarde en rois, en rois de rien du tout en fait, mais si on avait pas ça on aurait quoi ? Rah que je déteste les zoos. Lui aussi il déteste ça. Elle. Allez oui ma belle, viens me faire une papouille, là comme ça, t'as le poil tout doux tu sais ? Rah ça m'saoule les gosses qui crient aussi, merci, on voit que y'a un mec qui se fait lécher la gueule, t'as pas besoin de le brailler, en plus tu vas rameuter l'gardien à moustache p'tite conne. Et ouais c'est ça qu'elle dit ta maman, c'est plein de maladie la bouche d'un animal, et bah tiens pour la peine j'vais lui lécher la gueule moi aussi, aha, et ouais si ça se trouve je bouffe des puces mais toi tu bouffes bien de la cire dans ton riz et du cheval avarié dans tes raviolis. Saloperie. C'que les gens sont cons quand même, mais toi t'es là, hein ma belle ? Toi aussi t'es triste, tu t'emmerdes hein ? Pas besoin de me faire tes jolis yeux princesse, moi aussi j'ai envie de les emmerder. On va les emmerder. J'peux pas te faire sortir, j'suis désolé, mais d't'façons si tu sortais pour toi ce serait au mieux une fléchette tranquillisante au pire un coup de fusil alors c'est mieux comme ça crois moi. Mais à défaut de pouvoir bouger, on peut toujours gueuler, hein ?

AHAHAHAHA.

Les cons.

Les pauvres.

Les pauvres cons.

Ils avaient jamais eu ça, dans leur putain de zoo, un visiteur qui beugle et une louve seule dans sa cage qui hurle un rassemblement. Ah sûr que ouais, pour un zoo, ça fout un peu la panique et c'est pas les tigres d'à côté qui vont prouver le contraire. les animaux c'est pas con, ça sait bien quand il se passe quelque chose et là ils croient tous qu'ils se passent quelque chose. Et t'as les loups mâles qui en peuvent plus les pauvres, y'en a sûrement des castrés dans le lot. Comme c'est beau. J'adore hurler, j'adore ça. Pour le coup je serais bien le chien, il a plus de voix, ce serait tellement le pied, mais je suis pas sûr que ce soit tip top de se transformer devant témoins, surtout chez les humains. Narcisse il serait pas content, mais genre pas content du tout. J'peux p'têtre attendre que la panique soit un peu plus générale pour... Mais kessiregarde celui là ? Ça fait trente ans qui bouge pas et qui me regarde. J'suis beau c'est ça ? Bien sûr que je suis beau. Putain j'ai plus de voix, faut que je tousse. Rah ça fait mal, j'ai la gorge qui gratte, ça brûle. Content ? Mais qu'est c'qui m'veux ? Sa tête me dis vaguement un truc en plus, mais j'sais pas quoi. En tous cas me souviens pas qu'il ait été mauvais, sinon j'me souviendrais d'qui c'est. Allez, fais pas cette gueule blondinette, j'm'amuse juste, c'tout, tu vas sourire un peu dis ? Bon, si tu bouges pas c'est moi qui viens. J'm'essuis un peu la bouche au passage quand même, j'veux bien aimer être un chien mais la bave de louve au coin de la bouche et les crachotements de souris tuberculeuse, ça fait pas des masses civilisé quoi.

_ Kessiya ? Tu veux un bisou toi aussi ?

J'suis plus grand que lui.
Et la princesse qui arrête pas de hurler dans le fond.
Ça j'aime.


Invité
Invité
avatar
"Invité"
Invité
Invité
"Invité"
bla
Habitat culturel [Lachrymosouchoupinouchou]
(Mar 27 Mai - 22:10)
bal

Habitat culturel.



Les enfants hurlaient en galopant entre les passants. Dans leurs yeux brillait une pointe de malice. Leurs cris se perdaient entre le rugissement du lion, le grognement de l'ours, la gueulante des babouins, et enfin, le vacarme que faisaient les passants. Le soleil éclairait à peine les chemins pavés. L'odeur sucrée de barbe à papa se mêlait à l’écœurante odeur des animaux. Mais Lachrymose n'allait pas s'en plaindre. Après tout, il se considérait presque comme des leurs. D'ailleurs, il ne savait pas ce qu'il faisait au Zoo. Il n’appréciait pas de voir ces animaux captifs, emprisonnés dans de minuscules cages. Impuissants sous les insistants regards des passants, surveillés par leur geôlier (qui n'était qu'un gardien moustachu). Même le timide soleil lui murmurait d'exquises menaces à l'oreille. Tu vas cramer, mec. Effronté. Sa présence ici n'avait simplement pas d'explication. Finalement, il s'était juste perdu en ville, oubliant quel but il traquait. Ou peut être voulait-il juste emmerder le monde, comme à son habitude ?

Le garçon marchait le dos plaqué contre les rares murs. Il sautait d'ombre en ombre, cherchant à éviter le soleil. Dans son élan, il piqua la sucette d'un gamin. Ce dernier commença à brailler si fort, que sa voix couvrit presque les cris des animaux. Lachrymose grogna, se retournant vers lui. Dès qu'il lut son expression, il se tût. Plus un mot. Juste des balbutiements. Puis il retourna pleurer dans les jupes de sa mère. Content de son travail, le blond fourra la friandise dans sa bouche. Il crut même entendre un « Connard. » s'étant échappé de la bouche de la génitrice. Il pouffa. Pourquoi ne venait-elle pas réclamer son dû? Lâche. Faible. Il croqua dans la sucette, qu'il brisa d'un coup. L'acide goût de cerise fit rougir ses joues. Finalement, la friandise se retrouva rapidement dans son estomac. Il ne prenait même pas le temps de la savourer. Mâchouillant toujours son bâtonnet, son regard se mit en quête d'une éventuelle victime. Il restait dans l'ombre d'un arbre, les bras croisés.

Puis une silhouette attira son attention. Un grand homme aux cheveux flamboyants avait enjambé la barrière qui bordait l'enclos des loups. Une femelle passait sa grande langue rose sur le visage du rouquin. Lui en semblait fier, attaquant du regard une petite en pleurs. Puis il passa sa langue sur la gueule de la louve. Lachrymose haussa un sourcil, intrigué. Il riait intérieurement, peut être un peu envieux. Ce mec-là n'avait honte de rien. Alors que le blond se mit en tête de partir de là, un cri retentit dans ses entrailles. Cri d'humain mêlé à un hurlement de loup. La différence entre les deux rugissements semblait presque trop mince. Avant même que le rat ne s'en rende compte, l'autre enragé s'était pointé. Il semblait encore plus grand, face à Lachrymose. Il leva la tête. Qu'est ce qu'il faisait là ? Le blond n'eût pas le temps de demander.


- Kessiya ? Tu veux un bisou toi aussi ?


Lachrymose laissa s'échapper une sorte de pouffement, un fragment de rire. Il fronça les sourcils, puis mordilla le bâtonnet qu'il n'avait pas encore jeté.


- D'la bave de loup dégoulinant de mon visage ne m'tente pas trop.


Il recula soudainement, enfonçant ses mains dans ses poches. Les sourcils toujours froncés et quelques mèches retombant malhabilement sur son visage, il regarda anxieusement les rayons de soleil qui rampaient vers lui. Puis ses yeux se posèrent sur la louve que le rouquin avait, pour ainsi dire, embrassé. Derrière elle se tenait un vieux loup sage à la fourrure blanchie par le temps. Son pelage semblait dur, cassant. La louve, elle, le regardait intensément, encore haletante. Lachrymose la pointa du doigt, les paupières mi-fermées. De sa voix légèrement éraillée, il lança:


- C'était quoi, ça ?


Il marqua une pause, puis un sourire prit place sur son visage.


- 'Me dis pas que tu préfères les chiens aux filles ? , demanda t-il en essayant maladroitement de se retenir de pouffer de rire.

Un gamin passa à côté de Lachrymose. Celui-ci attrapa la canette que l'enfant s’apprêtait à porter à ses lèvres, sans même détacher son regard du grand roux. Le petit bégaya quelque chose d'incompréhensible. Il se sauva, laissant le soda au blond. C'était d'une simplicité presque agaçante. Il préférait lorsque la difficulté se faisait sentir. Lorsque l'adrénaline bouillonnait dans ses veines. Lorsque le danger venait prendre ses tripes, accélérer ses battements de cœur. Cette intensité, ce sentiment de pouvoir. Et enfin, ce sentiment de satisfaction extrême.

Le rat pût enfin détailler le grand homme qui se tenait devant lui. Il semblait fin, élancé, presque filiforme. Des yeux jaunâtres, une crinière fauve. Et surtout, des piercings assez indiscrets. Étrangement, il paraissait presque avoir un physique habituel. Peut être que Lachrymose en avait trop vu, finalement. En même temps que cette pensée l'effleura, il vit passer une jeune gothique. Ça ne fit que certifier ses réflexions. Oh, mais après tout, il n'en avait rien à dire; ses mèches vertes le trahissaient. D'où venaient-elles, d'ailleurs ? Le blond a toujours affirmé ne plus en avoir le moindre souvenir. Il avait vraisemblablement perdu un pari, voilà tout.

Il prit une gorgée du soda ostensiblement "confisqué".


- Bon. Qu'est ce que tu m'veux ?


Invité
Invité
avatar
"Invité"
Invité
Invité
"Invité"
bla
Habitat culturel [Lachrymosouchoupinouchou]
(Mer 28 Mai - 9:58)
bal


Mauvaise haleine


Roh eh c'est bon, c'est juste de la bave.
Ça me fait rire les gens comme ça qui chipotent alors que le mec il est en train de boire dans un truc qui est pas à lui. C'est comme les meufs qui refusent de bouffer avec la même fourchette que toi mais qui deux minutes après sont toutes contentes de te rouler une pelle. Tu m'expliques le délire ? Bon, ok, le loup ça peut paraître dégueu, je le concède.
Sois gentil, tu le connais pas, c'est peut-être quelqu'un de bien. Quelqu'un de bien qui dit pas des choses bien par contre. Tu gagnes pas des points là mon pote.

_ On dit "C'était qui ?" pas "C'était quoi ?" quand on est poli déjà t'sais.

Ouais bon monsieur-la-politesse il vient quand même de taxer sa canette à un môme, ça doit pas être trop son truc les courtoisies. N'empêche que merde, c'est une personne, pas une chose. Entre être sans-gêne et être con y'a d'la marge 'tain, faut arrêter. Puis il a beau rigoler il pas l'air des masses à son aise alors qu'il vienne pas faire le malin. J'te jure si il me gonfle j'lui déboîte la gueule, là il a dit c'qui fallait pas. Bordel de merde, il cherche quand même, moi qu'étais de nouveau de bonne humeur, faut toujours que y'ait un petit merdeux pour me foutre en rogne quand je m'amuse. La mort c'est aussi chiant que la vie, et en plus t'es mort. Merdeux. T'as bien une gueule de merdeux. Le genre qui se fait bien tabasser mais qui la ramène tout le temps. Le genre qui apprend jamais rien. Oh con, je suis tombé sur un bon.

_ T'es pas une meuf que je sache. Ou alors t'es une meuf très moche.

Espèce d'idiot, moi ça me fait pas sourire, en plus tu me disais quelque chose, et quelque chose de bien. Souvenir lambda, vague impression, ta gueule elle me revient vraiment mais je sais ni d'où ni d'quand ça m'saoule. D'autant plus que je m'en souviens pas, mais que je suis persuadé qu'une gueule comme ça je l'aurais pas oublié. T'as pas du ouvrir la bouche quand on s'est vu, si on s'est vu, sinon de ça c'est encore plus sûr que je m'en souviendrais. Tu peux pas être aimable bordel ? J'suis pas un gosse, j'ai pas de canette que tu pourras me chourer pour faire ton malin. Y'a que les pisseux pour voler leurs trucs à des gamins qui peuvent pas se défendre et qui savent que chouiner. T'as une bonne gueule pourtant. Me dis pas que t'es vraiment un pisseux, ça me f'rait mal. Pourquoi j'm'énerve moi ? Il est pas pire qu'un autre, j'suis juste de mauvais poil, c'est pas d'sa faute à lui. Bon, il part pas avec des bonus en amabilité lui non plus mais faudrait quand même que je me calme là. Vas-y. Doucement. Respire, inspire un grand coup, expire bien, vide moi tout ça là, d'cet agacement bien gluant dans la gorge qui te mine depuis que t'as foutu le nez dehors. Là, là, c'est mieux.

_ Désolé, pas ce que je voulais dire. Tu... tu f'rais pas une meuf si moche que ça.

Bon.

C'est p'têtre pas ça qu'il attendait.

_ Passe-moi ça deux s'condes.

Désolé aussi de lui arracher son truc des mains comme ça mais j'ai besoin de faire quelque chose pour retrouver un peu de contenance. Déjà que se rendre compte qu'on est énervé et s'excuser c'est pas facile, il va au moins me laisser le loisir de faire c'que je veux trente secondes. J'y bois un coup, et c'est dégueu. C'trop sucré, en plus ça pétille et c'est artificiel et insipide, mais ça fait du bien. Tiens, j'te la rends. Cadeau.

_ Kes' tu fous là ? 'fin, j'veux dire, pourquoi payer une entrée au zoo si c'est pour emmerder des mômes ? Y'en a plein d'autres ailleurs ...

Abruti.

C'est pas ça qui te dérange.

En fait tu sais même pas ce qui te dérange.

_ Nan mais, j'te dis pas de te casser, mais juste... Voilà, ça se fait pas de regarder les gens comme ça et d'être là en mode "je fais rien". T'es là et tu fais pas rien, et moi j'aime pas qu'on me regarde comme ça, même quand j'fais des trucs qui peuvent paraître chelous. J'aime pas c'est tout.

Bonjour, je m'appelle Candy.

Quelle assurance, quel charisme.

Putain je me fais pitié.

_ Et il à gerber ton soda. On se s'rait pas d'jà vu quelque part ?

Bonjour, je m'appelle Mr Kauffman. Je ne sais pas faire une transition.

Quelle tâche ce prof.

Invité
Invité
avatar
"Invité"
Invité
Invité
"Invité"
bla
Habitat culturel [Lachrymosouchoupinouchou]
(Mer 28 Mai - 21:04)
bal

Habitat culturel.



Lachrymose leva les yeux au ciel. Qui, quoi, qu'est ce que ça changeait ? Et puis, de toute façon, il n'était pas poli. Il ne voulait même pas le paraître, c'était au-dessus de ses forces. Après tout, il était mort. Il avait encore toute sa mort pour se racheter. L'homme en face de lui semblait de plus en plus irrité. Le blond l'avait visiblement rendu de mauvaise humeur. C'est ça, regrette. Tu ne sais que blesser pour ensuite te lamenter. Ce mec ne t'a rien fait. Il est juste étrange, il sort du lot. Toi aussi, t'es étrange.


-  T'es pas une meuf que je sache. Ou alors t'es une meuf très moche.


Les commentaires du genre ne l'atteignaient pas. Il se foutait de son physique, des filles, de tout ce bordel. C'était insignifiant. Négligeable. Moment de silence. Et donc ? Pourquoi répondre à ça ? Le blond se contenta de hausser les épaules. Les mots lui manquaient.


-  Désolé, pas ce que je voulais dire. Tu... tu f'rais pas une meuf si moche que ça.


Léger ricanement nerveux. Finalement, le grand roux n'était pas le genre de personne que Lachrymose irait faire chier. Il abandonnait trop vite.

Il sentit la canette s'enfuir discrètement d'entre ses mains. L'homme en bu une gorgée. Mec, c'est un baiser indirect, ça. Ah, putain, j'ai fait pareil. Il semblait dégoûté, ce que le blond pouvait parfaitement comprendre. S'il a volé ce soda, ce n'était que pour se focaliser sur autre chose que le soleil. Sentir l'effervescence prendre ses papilles gustatives, le liquide écumeux caresser sa langue. Oublier cette immonde chaleur. La chaleur. Il détestait ça. Sans qu'il ne s'en rende compte, la boisson reprit sa place. Elle était encore tiède et humide. Lachrymose referma brusquement le poing sur le récipient d'aluminium. Il n'en restait plus rien, de toute façon.


-  Kes' tu fous là ? 'fin, j'veux dire, pourquoi payer une entrée au zoo si c'est pour emmerder des mômes ? Y'en a plein d'autres ailleurs ...

-  Je ne suis pas venu pour emmerder des gosses. J'avais juste soif, et tout mon argent est parti dans le ticket d'entrée.

Il y avait une part de vérité dans ce qu'il disait. Les boissons étaient hors de prix. Non pas qu'il était avare, mais ses poches étaient réellement vides. Plus un sou. Ses paies lui apportaient assez pour vivre à peu près correctement, mais il limitait les dépenses. Il aurait pu vendre ses livres, ça lui aurait apporté beaucoup plus qu'on ne le pense. Ses vieux bouquins valaient, pour lui, bien plus que l'argent.


-  Nan mais, j'te dis pas de te casser, mais juste... Voilà, ça se fait pas de regarder les gens comme ça et d'être là en mode "je fais rien". T'es là et tu fais pas rien, et moi j'aime pas qu'on me regarde comme ça, même quand j'fais des trucs qui peuvent paraître chelous. J'aime pas c'est tout.


Il n'allait de toute façon pas partir, même s'il se sentait forcé. Lachrymose était-il le seul à avoir été intrigué par lui ? Il ne faisait que regarder. Peut être un peu indiscrètement. Mais il ne faisait rien de mal, en soit. C'est après ça qu'il s'était mis à cracher son venin. Il avait balancé des conneries, comme à son habitude. C'était presque inconsciemment qu'il avait dit ça.


-  J'ai pas été le seul à te regarder. 'Puis c'est toi qui es venu, hein.


Il s'était juste attardé plus longuement que les autres. Ce que le roux dit après ça fit frémir le rat. Se sont-ils déjà vus ? Il détailla l'homme, essayant de raviver la flamme de ses souvenirs. Cette grande silhouette lui semblait presque familière. Quelqu'un qu'il ne voyait pas souvent, logiquement. Réfléchis. Son physique ne passait pourtant pas inaperçu. Peut être s'étaient-ils croisés dans la rue ? Non. Ils s'étaient vus plusieurs fois. Mais où ? Merde. Il ressemblait vaguement à un de ses voisins de palier. Celui qui faisait trembler les murs, disait-on.


-  T'es pas le mec qui fait remuer tout l'hôtel ? Il marqua une pause, passant une main dans ses cheveux blonds. Puis il reprit, une pointe d'assurance dans sa voix. L'hôtel Green. Des personnes dans ton genre, on n'en croise pas beaucoup.


Ça y est, il en était sûr. Le grand roux qui se tenait devant lui était son voisin. Celui qui écoutait de la musique en se jetant contre les murs. Sa muse semblait être le hard-rock. Ils s'étaient croisés une ou deux fois devant l'hôtel, ne s'étant pourtant jamais parlés. Pour dire vrai, Lachrymose se méfiait de lui. Ses mains enfouies dans ses poches et son regard devenant fuyant en témoignaient. Son visage restait pourtant impassible. Le blond a toujours été difficile à décrypter. Ses propos comme ses gestes restent souvent incompris.

Il leva la tête vers l'homme.


-   Tu faisais quoi, avec le loup, là ? T'es du genre à n'avoir honte de rien, hein.


Pas comme Lachrymose. Lui restait le plus discret possible, tout en emmerdant les gens. Il aimait prendre du temps, goûter à l'expression, la défiance de ses victimes. Rien de gore. Il mutilait par ses paroles. Le rat était plutôt du genre à blesser inconsciemment, dans une sorte d'innocence qui ne lui allait pas du tout. Il jouait avec les gens sans s'en rendre compte. Il en tirait pourtant une certaine satisfaction. Il aurait pu rester le petit intellectuel coincé. Il aurait pu, mais il ne l'a pas fait.

Il se reprit, éclaircissant sa voix.


-   T'as un nom ?


Ça ne l’intéressait pas tant que ça, finalement. Mais maintenant qu'il était là, il ne pouvait plus faire marche arrière.



HRP:
 
Invité
Invité
avatar
"Invité"
Invité
Invité
"Invité"
bla
Habitat culturel [Lachrymosouchoupinouchou]
(Mer 11 Juin - 7:14)
bal


Mauvaise haleine


Ce que je viens de faire ? T'es resté planté comme un poireau, avec la même gueule que le gardien moustachu mais en moins sympa et t'as le culot de demander c'que j'ai fait ? T'es aveugle ou quoi ? Naon, j'laisse tomber là.

_ Juste un bisou à une jolie fille.

Ah mais... ouais ! Pas si bête finalement, je retire tout ce que j'ai pu penser à son sujet. J'avais pas fait gaffe, il est plutôt discret le bonhomme mais ouais, si il est au Green normal que sa gueule me soit familière. J'suis con parfois. N'empêche, c'est chelou, les gens comme ça, qu'on voit pas qu'on entend pas, j'les aime pas. C'est mauvais signe. C'est toujours des insupportables petits aristos trop bien pour la société ou alors des conspirateurs qui restent dans l'ombre en se préparant à l'invasion des extraterrestres ou alors... ou alors c'est juste un mec discret, soit, mais j'aime pas ça. C'est des serpents ces gens là. J'touche pas.

_ Ah ok, on est voisins donc. C'rigolo. Et en fait c't'mieux que tu veuilles pas de mon bisou, parce que bon, je veux pas être désagréable, mais t'as pas l'air d'être en super forme tu vois. Et j'voudrais pas tomber malade connement.

Et si tu fais la moindre remarque à propos de ma pote on va vraiment pas être copains. Parce que tu sais pas comment ils les entretiennent les bestioles dans les zoos, genre c'est presque l'examen médical tous les jours. 'fin pour les bons zoos mais ça c'est un bon, je le sais. T'as déjà travaillé dans un zoo ? Non ! Moi non plus, mais je le sais. J't'en prie, t'es déjà parti avec un malus alors dis pas une bêtise de plus, j'veux pas me mettre mal avec mes voisins moi, c'est relou après quand il faut demander un service. Mais t'as pas une gueule à rendre service. C'est vrai ça, t'as pas du tout une gueule à rendre service, alors pourquoi je fais des efforts moi ? Je m'en branle en fait, je...

_ Moi j'ai de quoi s'tu veux. Je te paye un truc à boire ? Un peu meilleur que cette merde je veux dire...

Tsss. J'peux pas m'en empêcher. J'peux pas m'empêcher de toujours essayer de faire ami-ami avec tout le monde, c'est parce que le chien aime pas être seul ça, j'le sais, c'est pour ça que j'aime mon maître et que j'aime même les gens que j'aime pas. J'ai b'soin d'être entouré. C'est minable mais c'est comme ça que je suis. Alors le minable que je suis invite Machintruc le voisin pauvre à boire un truc parce que même si Machintruc a l'air d'être une tête à claques, il a l'air autant tête à claques qu'intelligent et j'aime bien avoir des gens intelligents autour de moi, même si ils sont dangereux et même si lui en plus c'est un discret. Y m'd'mande comment j'm'appelle. P'têtre qu'il est pas aussi mauvais qu'ça et qu'il veut faire connaissance aussi. Bon. Mais j'lui réponds quoi moi ? Ulrike ? Putain ça fait un bail que j'ai pas utilisé ce prénom et c'est le mien. C'était. C'est compliqué parfois d'être mort.

_ K9, que j'm'appelle. 'fin ça peut, disons. Comme le chien dans Dr Who.

Heureusement qu'on me l'a dit parce que je le savais même pas. Moi qui avais cru faire original avec pseudo, c'était franchement pas réussi. M'enfin. Pour le coup ça m'allait à la perfection.

_ Enfin on s'en branle de ça, on verra plus tard pour les noms, on va pas rester à taper la causette, là, plantés comme deux cons. Tu viens ou merde ?

Parce que moi j'y vais.
Tu veux que je te prenne par la main ?



Spoiler:
 
Invité
Page 1 sur 1

Ouvrir les outils de navigation et modération
Sauter vers: