Image Resizing


Partagez | 
Page 1 sur 1
avatar
Non validé
"Non validé"
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
"Non validé"
Icône personnage :
points
Framboises : 298
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Aucun
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Aucun
points
Avatar : Aucun
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Des taches sur les cendres
(Mar 18 Fév - 0:16)
bal
Des taches sur les cendres

   
Ashes & Stain

(Ce RP se passe il y a cinq and, à la rencontre d'Ashes et Stain. C'est donc un retour vers le passé ~)



Je mis mon poids sur la porte plus que je ne l'ouvris et entrai dans le bar du The Cat. Non pas que j'aie trébuché, seulement, j'avais envie de l'ouvrir de cette façon. La place était assez pleine, il y avait beaucoup de gens. Au moins, ce n'était pas bondé, je détestais lorsque c'était le cas. Ça me rendait agressive.

Je me sentais un peu à cran en ce soir d'été. C'était normal, après tout, je n'étais morte que depuis quelques mois et j'avais encore de la difficulté à m'y habituer, ça et du fait de mon nouveau rôle en cette pseudo-existence que je menais. Sans trop quitter mes pensées, je m'étais approché du comptoir de ma démarche si particulière et demandai à la barmaid de me servir «de l'alcool. Du fort pas trop cher, peu m'importe». Tout en me hissant sur un banc, je pris compte du fait que que mon yukata noir et rouge était un peu ouvert et que j'aurais peut-être l'air débraillé. Chassant cette pensée d'un revers de la main mental, je me rendis compte que je n'en avais cure, d'autant que ça ne montrait rien de compromettant.

Ha, New-Life. Après cet incendie, après avoir brûlée vive et souffert comme une chienne, j'étais de nouveau vivante. Malgré les quelques mois qui me séparaient de mon ancienne vie, j'avais encore bien des deuils, des blessures qui barraient mon coeur et qui menaçaient de m'achever. Certains me diront: «Pourquoi ne les as-tu pas déjà fait tes deuils?» Parce que certains sont trop récents. Trop violents. Et pour reprendre l'image de l'organe, il y a une limite de surface. Eh oui. J'ai une liste d'attente, c'est encore plus bondé que dans les salles d'urgence aux hôpitaux. Et après l'on se demandera pourquoi je suis aussi amère. Parce que pour moi, vivre n'a été qu'une sorte d'agonie, lente et douloureuse. Comme ma mort. Pas aussi lente que des malades du cancer, certes, mais je vous jure qu'à brûler, c'est long. Trop long. Je soupirai.

J'avais changé depuis ces cinq mois. J'étais née il y a de cela cinq mois. Je ne devais pas l'oublier. Katharina est morte. Je suis née, moi, Ashes. Cadavre, démon, pourriture administrant ce petit univers. Peu importe à quel point j'étais un être dégoûtant pour les autres, je m'en fichais dorénavant. Pour bien imaginer comment je vois et ressent mon arrivé à New-Life, je vous décrirais ça en disant que le cadavre de Katharina fut possédé par un esprit corrompu et se releva. Mais comme la réalité n'est pas aussi facile, je dois faire ce changement. Mon humanité ne m'a jamais servi,et je travaille activement à l'éliminer. Elle a subit les évènements sans rien pouvoir faire. J'allais vivre au rythme que je voulais et être un acteur de ma propre vie, jamais plus je ne serais une figurante impuissante. En fait, je n'avais jamais pu vivre. Je survivais tant bien que mal. Il a fallu que je me fasse coucher pour enfin avoir une chance d'exister, quel drôle de destin ai-je.

Lorsque je me suis fait expliquer ce qu'était New-Life par mon guide, il n'avait jamais été question de ressusciter pour moi. Pourquoi faire? Pour souffrir? Je voulais l'effacement. Mais soudainement, être une Deadly Sin, pouvoir effacer les gens. J'aimais bien ça. J'allais avoir du pouvoir. Pouvoir de se défendre; pouvoir d'avoir une place; pouvoir de s'aimer; pouvoir de vivre. Je décidai que cette vie en valait la peine. En fait, c'est même-là que je décidai de vivre en marge de tous, de changer. Paresseusement. De ne me préoccuper que de moi. De ne faire que ce que je désirais. À la vitesse que j'en avais envie. Mais pour ça, je devrais faire une fission avec moi. Devenir quelqu'un d'autre. En fait, New-Life me facilitait grandement la tâche. Un physique différent, un nom différent, une ville différente, un entourage différent, un travail différent, des lois différentes. Et même que je vivais différemment et m'habillais différemment. La tâche serait plus simple ainsi. C'est ainsi que je travaillai sur moi-même pendant cinq mois. Ça avançait bien, mais c'est que ça prend du temps. Et disons que quand bien même j'avançais à la vitesse turbo, ce n'était toujours pas assez rapide à mon goût.

Mon verre étant arrivé, je sortis de mes pensées comme l'on se déprend d'un bain de sève et pris une bonne gorgée pour enfin détendre le cadavre crispé que j'étais. Sentant le 40% descendre dans ma gorge, je fis bien malgré moi une grimace, n'étant plus habituée à ce goût brûlant. Fermant les yeux, je savourai la chaleur bienvenue qui se répandait dans mon gosier et commençai à écouter les bruits environnants.

Le bruit des conversations, de la musique et des gens qui riaient me venaient par pulsations chaotiques, comme le coeur gigantesque d'une créature qui battait erratiquement. Ça, ou encore, c'était mon âme qui se lovait dans des recoins tordus de mon esprit. Une fois imprégnée des sons, je rouvris les yeux et vis que la barmaid me regardait bizarrement avant de détourner les regard, évitant mes yeux de braises.

Promenant mon regard sur la foule, mon attention se fixa sur un étrange individu. Venant de moi, ce n'était pas peu dire. Ce n'était pas tant sa coiffure que ses vêtements, ni même la couleur de ses cheveux. C'était son aura. Ou du moins, c'est le mot qui qualifie le mieux ce que je perçus. N'étant pas médium, je ne savais ce qu'était une aura, mais ce type dégageait bel et bien quelque chose d'intangible et pourtant de puissant. Il n'est pas question ici de confiance ou d'assurance. Non, je fais plutôt mention d'une énergie qui semblait me couler dessus, souffler sur ma peau et qui captivait mon attention. On aurait dit que j'étais en plein milieu du lit d'une rivière de sexe, appétissante et irrésistible.

Même si je n'étais pas très punk ni piercings, son profil semblait parfait. Une peau parfaite. Des yeux à s'y perdre. Ses cheveux bleus et rasés et ses piercings semblaient proclamer sa différence des autres mortels en une ode à sa sensualité, un phare prometteur de délices charnels. Je décidai que décidément, je ne voulais pas approcher ce type.



   Fond by Obsession ; Codage by Bird for all forums ©
   


Dernière édition par Ashes le Dim 23 Fév - 22:41, édité 4 fois
avatar
Non validé
"Non validé"
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
"Non validé"
Icône personnage :
points
Framboises : 259
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Aucun
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Aucun
points
Avatar : Aucun
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Des taches sur les cendres
(Mar 18 Fév - 0:35)
bal

Des taches sur les cendres

▲Stain&Ashes

Depuis les quatre mois où je suis atterri dans cet étrange monde, j’ai évité par tous les moyens de sortir dans le seul putain de bar s'y trouvant. Si vous me croyez con, c’est que vous n’êtes pas dans ma peau, vous ne pouvez ressentir les efforts mentaux herculéens que j’ai faits afin de ne pas aller m’y enivrer jusqu’à ce que j’en oublie mon propre nom. Après tout, c'est ce que j'ai fait à toutes les semaines pendant plus d'un an. Le fait que j'étais sobre lorsque j'allais travailler m'étonne encore, en fait. J'ai un peu cru que ma deuxième vie avait intégré une désintoxication automatique – quand même, ç’aurait été vachement pratique.

Au lieu de ça, je suis contraint de travailler comme un forcené et de baiser aussi souvent que possible afin d’oublier mon envie d’embrumer mon esprit. Je n’ai jamais perdu goût aux plaisirs charnels : au contraire, grâce ou à cause de mon pouvoir, je suis contraint de m’y adonner sur une base régulière. Il n’y a pas si longtemps, je n’arrivais pas à déterminer si c’était un don ou une malédiction. Plus que jamais, je suis fait pour la manipulation et le sexe, et cette nature est précisément l’une des raisons pour lesquelles j’ai fini par me détester. Puis, après avoir réfléchi jusqu’à m’en péter les cellules, j’ai réalisé que j’aimais être un profond salaud et que tout à New-life contribue pour que je continue dans cette voie. Mais justement, n’est-ce pas une nouvelle vie? Pourquoi m’en voudrais-je d’être moi-même? J’ai décidé d’appliquer des principes de vie sains : c’est-à-dire, ne rien avoir à foutre de personne à part moi.  Ouais, je sais, j’ai toujours fait ça, mais il existe plusieurs paliers de je-m’en-foutisme.

J’ai simplement décidé de ne plus atteindre celui qui me pousse à faire des choses qui me donnent l’impression que je deviens plus monstrueux qu’humain et qui fait fuir tout le monde. J’ai également cru, à quelque part dans ma cervelle, que New-life allait nettoyer ma tête de tous ses démons. Ça aussi, ça aurait pu être une fonctionnalité intéressante. Malheureusement, je suis toujours prisonnier de la plupart de ces monstres dont j’ai voulu m’échapper en me suicidant. Lorsque j'ai foutu ce flingue dans ma bouche pour me faire exploser la tête, j’étais persuadé que j’allais crever. Je veux dire, que j’allais réellement crever. Je ne voulais pas d’une nouvelle vie, je voulais juste que tout se termine. Jamais je n’aurais pensé qu’une nouvelle tête allait me pousser.

Et pourtant, me voilà, ressuscité parmi les morts. Maintenant, je suis Stain. Stain l’Incube, bédéiste. Lorsque je ne m’amuse pas à leurrer ces mignons petits Players et à me les taper, je dessine. Parce que maintenant, je vis de mon art. Si on m’avait dit que je devais m’exploser la cervelle pour que ça m’arrive, je vous aurais ri au nez. Maintenant… plus maintenant. Non, juste là, même si je gribouille frénétiquement à chaque fois qu’il me prend l’envie de boire un coup et de tout oublier, je me suis retrouvé devant la porte du bar The Cat. Je fume ma cigarette d’un air nonchalant alors que les clients entrent dans la bâtisse. Je fais comme si j’étais l’un des consommateurs qui est seulement sorti dehors cinq minutes afin de s’en griller une, alors que dans ma tête, c’est le dilemme. Je ne voulais simplement pas commencer ma nouvelle vie comme j'ai terminé l'ancienne: c'est-à-dire dans les bars. Et jusque-là, ça m'a bien réussi. Je n’aurais jamais cru me contrôler aussi bien. J’avoue que le sexe a aidé.

Je me suis donné une règle : lorsque ma clope sera terminée, je devrai décider.  C’est donc lorsque j’écrase mon mégot que je me dis qu’après quatre mois d’abstinence et de travail acharné – aussi bien sur ma bande-dessinée que pour les Deadly Sins et le Game Master – je mérite bien une petite récompense. Aussi fais-je mon entrée dans le bar, en profitant pour activer mon pouvoir. Je marche vers le bar d’un air assuré, presque arrogant, laissant derrière mois comme un parfum d’érotisme, une promesse d’intenses plaisirs charnels. Les têtes se tournent vers moi, je sens les regards peser. Ça me fait sourire. Je sais parfaitement quel effet je fais.

Je m’assois sur un siège vide et commande un verre de whisky dans lequel je prends une grande lampée. L’alcool brûle presque ma gorge, et sa chaleur se répand dans ma bouche. Ça fait un bien fou. Je lance un regard circulaire aux personnes présentes au The Cat. L’endroit n’est pas trop bondé, ni vraiment désert. Tout est parfait. Je me mets à mon aise tout en cherchant une proie – un délicieux fruit à ramener chez moi. C’est alors qu’elle fait son entrée. Elle semble maladroite, mais je me détrompe rapidement. Elle s’avance d’un pas paresseux et s’affale sur un banc à quelques sièges de moi. Je me détourne imperceptiblement : lorsqu’on passe pour un voyeur, on n’a plus aucune chance avec notre cible.

Inévitablement, je sens son regard peser sur moi. Je fais semblant de rien, prenant une nouvelle gorgée d’alcool. Je finis tout de même par me détourner, surprenant ainsi ses yeux de braises me fixant. Chevelure d’ébène se déployant tel un rideau autour d’elle, traits fins et anguleux, yeux pourpres. Elle ressemble à un gros félin en cage observant la foule dans un zoo, détachée de tout, se demandant quel spectateur elle pourrait bien croquer. Aussitôt, je décide que cette femme me plait. Plus personne n’aura mon attention, ce soir : je la veux. Je lui lance donc un grand sourire, mi-joyeux, mi-arrogant, avant de prendre mon verre et de m’avancer vers elle. Je m’avachis à mon tour sur le siège posé à côté du sien. Je renforcis les effets de mon pouvoir sur elle, comptant dessus pour me rendre plus beau que jamais à ses yeux. Je me demande à quel point elle me voit embelli, et ce qu’elle aime le plus chez un homme. Ses yeux? Sa bouche? Ses cheveux? Je bois le reste de mon whisky en une gorgée avant d’en commander un autre, reportant mon attention sur cette étrange femme.

-J’espère que tu sais que boire avec quelqu’un d’autre, c’est beaucoup plus marrant. On peut lui remettre sur le dos toutes les conneries qu’il a faites et dont il ne se souvient pas, dis-je avec un sourire en coin.

Codage by Bird for all forums ©




Dernière édition par Stain le Mar 22 Juil - 9:08, édité 7 fois
avatar
Non validé
"Non validé"
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
"Non validé"
Icône personnage :
points
Framboises : 298
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Aucun
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Aucun
points
Avatar : Aucun
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Des taches sur les cendres
(Mar 18 Fév - 1:42)
bal
Des taches sur les cendres

   
Ashes & Stain



S'étant retourné dans me direction, il me surprit à le fixer et à son regard je sus qu'il était au courant que je le regardais depuis un moment déjà. Alors que je me demandais depuis combien de temps il m'avait repéré, son visage s'étira du sourire d'un homme qui se sait irrésistible et qui  va assurément s'amuser et se dirigea vers moi. De sa démarche et de son attitude je sus dès cet instant qu'il était un prédateur et qu'il désirait jouer avec quelqu'un ce soir, et ce quelqu'un, c'était moi. Il ne lâcherait pas le morceau avant de m'avoir eu, donc aucune chance qu'il change de cible. Il ne tenait qu'à ma personne maintenant de décider si j'allais être un jouet ou un compagnon de jeu. Je décidai de faire fi de mes réticences et me résolue de jouer avec lui, voir ce que cet être si singulier avait à m'offrir.

Une fois qu'il se fut assis à côté de moi, son pouvoir se fit plus insistant, comme si auparavant il était à «off». Il rayonnait désormais de l'intérieur, mais pas d'une lumière aveuglante. Il s'agissait plutôt d'une lumière tamisée, filtrée de rideaux de velours éclairant une chambre au comfort inouï, des draps de satin décorant la place qui possédait une atmosphère saturée de sexe et de parfum capiteux en suspension. Ce n'était plus de l'attirance sexuel, c'était un désir impérieux. Il était devenu exquis en l'espace de quelques instants. Même alors qu'il buvait d'un trait le reste de son verre empli d'un liquide ambré, il était d'une telle sensualité que je devais me retenir d'enfouir mon visage dans son cou.

Après s'être commandé un nouveau verre, je redevins le centre de son attention et il me dit d'une voix qui sonna à mes oreilles comme celle du dieu Éros lui-même: «J’espère que tu sais que boire avec quelqu’un d’autre, c’est beaucoup plus marrant. On peut lui remettre sur le dos toutes les conneries qu’il a faites et donc il ne se souvient pas».

Décidément, il était bien différent de tous ceux que j'avais rencontré ces derniers temps. Me demandant combien de temps il durerait avant que je réussisse à le faire fuir, ou du moins à le désintéresser, je répliquai à cet Adonis alors qu'un sourire étirait paresseusement la commissure de mes lèvres: «Pourquoi aie-je l'impression qu'à chaque fois que tu bois, tu es celui qui remets sur le dos le lendemain plutôt que le contraire?». Me tournant lentement vers lui, je continuai sur ma lancée: «Alors comme ça, tu as envie d'être mon compagnon de boisson? Si tu crois que je vais être l'amnésique entre nous deux demain matin, tu te trompes! Je compte bien rester debout et consciente et ce, jusqu'à la fin!» Alors que mon regard s'arrimait dans le sien, je me sentis intérieurement vaciller sous son regard nocturne. Ses yeux faisaient penser à la nuit et ironiquement, ils me faisaient voir des étoiles. Il allait être dangereux de s'amuser avec cet être, mais le jeu en valait la chandelle. La difficulté pimentait le tout, ça et le fait de fuir était hors de question. Mon orgueil ne le permettrait pas.

Reprenant mon aplomb railleur et fier, je continuai: «Mais tout d'abord, pourquoi ne pas me dire à qui ai-je l'honneur de m'adresser? Mon nom, puisqu'il je peux deviner que tu ne le sais pas, est Ashes» ajoutai-je en me penchant vers lui. Ce fut relativement une mauvaise idée, puisque son parfum m'enveloppa et charma instantanément mon nez sensible. C'était une odeur à nulle autre pareil, elle emplit mes poumons d'une  impression écrasante de caresses et des baisers. Un véritable nirvana olfactif.

-À te voir évoluer ici, les bars semblent être tes habitats naturels et pourtant je ne t'ai jamais remarqué. Avec tout ce que tu dégages, si tu étais déjà venu avant je l'aurais remarqué, ou du moins entendu des rumeurs sur toi. Je suis sûr que tu n'es pas du genre à faire dans la dentelle et à rester tranquillement dans un coin à siroter ton verre lorsque tu sors, n'est-ce pas? Tu es nouveau? demandai-je alors que mon sourire railleur s'agrandissait.



   Fond by Obsession ; Codage by Bird for all forums ©
   


Dernière édition par Ashes le Dim 23 Fév - 9:03, édité 2 fois
avatar
Non validé
"Non validé"
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
"Non validé"
Icône personnage :
points
Framboises : 259
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Aucun
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Aucun
points
Avatar : Aucun
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Des taches sur les cendres
(Mar 18 Fév - 1:51)
bal

Des taches sur les cendres

▲Stain&Ashes
C’est bien la première fois que je sens mon pouvoir faire un tel effet sur quelqu’un. Alors même que je vide mon verre d’un seul trait et que j’en réclame un nouveau au serveur, je sens ses yeux de braises peser avec grande insistance sur  moi. J’entends son souffle s’accélérer de manière presque imperceptible, son cœur battre légèrement plus vite. Vient-elle juste de déglutir avec difficulté? Ça me fait sourire malgré moi. J’adore faire cet effet aux hommes et aux femmes… mais, sentirais-je un peu de peur, en-dessous de tout ça? Lorsque je reporte mon attention vers elle, je n’ai plus aucun doute : elle a, d’une certaine manière, peur de moi. Cette fille est sûrement beaucoup plus futée qu’il n’y parait. Bien sûr, elle semble se noyer sous mon aura de charisme et de sensualité à l’état brut, mais elle est juste assez lucide pour deviner que je peux être hautement dangereux. Que si elle me laisse jouer avec elle, elle se brisera.

Mon regard se fait plus perçant à mesure que je m'exprime en souriant. Oui, il y a bien un fond de terreur dans ses incroyables yeux pourpres, mais aussi de la détermination. Elle ne se laissera jamais facilement avoir, elle ne me permettra jamais de jouer avec elle et de la briser. C’est clairement le regard d’une femme qui a été détruite, et qui garde férocement chaque petit morceau d’elle qui lui reste. Cette certitude se fortifie, et ça me plait. Les gens profondément blessés sont dangereux : ils savent qu’ils peuvent survivre.  Ça va me changer des cruches faibles d’esprit qui boivent mes paroles, répondent à chacune de mes questions et qui feraient tout pour être dans mon lit une nouvelle fois. Elle ne sera jamais complètement envoûtée par mon pouvoir : une partie d’elle s’y refuse. Ce sera, pour moi, un délicieux défi.  

Mes yeux pétillent et mon sourire s’élargit alors qu'elle s'adresse à moi pour la première fois. Sa voix est un alto exquis, paresseux et légèrement traînant. Je ne peux m’empêcher de me demander quels sortes de bruits lascifs cette voix exquise pourrait produire dans mes bras… À peine a-t-elle finit sa phrase que j’éclate d’un rire plaisant. Le genre de rire qui s’attarde contre la peau des gens comme du velours, comme une main caressante qui irait tout explorer sur votre corps. Je ne m’étais pas fait de fausses idées : cette fille est très intelligente. En effet, c’est beaucoup plus amusant de rire des gens bourrés que d’être dans la situation inverse. Sans compter que je tiens très bien l’alcool ; je suis donc souvent le dernier encore un tant soit peu lucide, pendant les beuveries. Ma cible de la soirée s’empresse d’ajouter que je n’aurai pas l’occasion de la voir sombrer dans les vapeurs de l’alcool et d’en profiter. Ça me tire un sourire encore plus large et arrogant. Je prends une nouvelle gorgée de whisky, lui lançant un regard en coin.

-Ah ouais? Alors tiens-toi bien, parce que je tiens particulièrement bien l’alcool. Si tu me vois tomber ce soir, c’est que t’es une drunken master.

Je sens presque son orgueil se gonfler alors que je prends la parole. Même si l’alcool la gagnait rapidement, elle refuserait de perdre, et c’est parfait comme ça. J’aime les femmes combattantes. D’ailleurs, je me demande si elle a saisi mon allusion de geek fini. J’imagine que non… Ma petite guerrière mentale se penche alors vers moi, se présentant à moi. Lorsque je vois la lueur d’hésitation dans ses yeux, je comprends que s’approcher de moi alors que mon pouvoir est activé a été une erreur pour elle. Je ne peux m’empêcher d’afficher un air légèrement suffisant. J’ai toujours eu conscience de l’effet que je fais sur les gens, et particulièrement depuis que je suis arrivé à New-life. Le pouvoir que j’ai acquis m’est si amusant que je le connais déjà très bien. Tout ce qu’il me manque, c’est encore un peu de pratique. Je ne sais sûrement pas utiliser toutes ses facettes… pour le moment. Je m’écarte imperceptiblement d’elle afin que mes tours de passe-passe ne l’étouffent pas complètement. Elle a beau être gorgée d’orgueil, si je lui inspire trop de crainte et de méfiance, elle s’enfuira.

Comme ça, elle s’appelle Ashes. Ça lui va bien… oui, ça sied à ses parfaits yeux de braises. Ashes se met à bavarder sans cesse... elle est nerveuse, semble vouloir combler un vide. Un énième sourire étire la commissure de mes lèvres. La preuve que je ne puis l’embobiner complètement : elle a deviné que ce qu’elle ressent depuis qu’elle m’a aperçu, c’est mon pouvoir. Normalement, lorsque j’envoûte complètement une personne, elle ne s’en rend même pas compte. Je me détourne complètement vers elle, la fixant de mes yeux de nuit. Elle a un accent particulier et adorable qui contraste avec le mien, tellement nord-américain. Peut-être que l’anglais n’est pas sa langue maternelle?

-Stain, que je réponds avec un grand sourire, au service de New-life depuis environ quatre mois. Et à vrai dire, les bars étaient mes habitats naturels. C’est la première fois que j’y retourne depuis ma… mort.

Je m’arrête à ces mots, passant nerveusement ma main dans mes cheveux. Je suis mort, mais à la fois vivant. Plus vivant que je ne l’ai jamais été dans ma vie réelle. Plus que tout au monde, j’ai voulu mourir. J’ai voulu mettre fin à ma pathétique vie, aux malheurs que je me suis moi-même imposés. Au fait que je suis loin d’être une bonne personne, et que je ne pouvais rien y changer. C’est en  mourant que je me suis rendu compte qu’en réalité, je ne voulais pas changer. J’aime, j’adore, être le fourbe, le traître, le manipulateur, le profiteur. Je me ris des autres depuis ma tendre enfance. Je m’amuse à être intraitable depuis si longtemps que j’en suis venu à me dire que c’est ma nature profonde. Et ici, cette nature exécrable est mon plus grand atout, mon terrain de jeux. Je vis au jour le jour, et lorsque je serai effacé pour de bon, je serai prêt. Enfin en paix. J’aurai littéralement joui de tous les plaisirs que New-life m’aura apportés.

-Mais, que j’ajoute, on dirait que même la mort n’a pas réussi à changer mon «habitat naturel», comme tu le dis si bien!

Codage by Bird for all forums ©




Dernière édition par Stain le Mar 22 Juil - 9:09, édité 4 fois
avatar
Non validé
"Non validé"
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
"Non validé"
Icône personnage :
points
Framboises : 298
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Aucun
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Aucun
points
Avatar : Aucun
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Des taches sur les cendres
(Lun 24 Fév - 4:07)
bal
Des taches sur les cendres

   
Ashes & Stain



Je devais bien lui donner cette qualité au moins. Même s'il était un manipulateur invétéré, au moins il avait une certaine décence, que ce soit d'âme ou simplement afin de mieux m'emballer. Même s'il savait parfaitement l'effet qu'il me faisait, il avait eu le tact de me laisser respirer. Soit il est plus gentil que ce que je croyais, soit il n'en était que plus manipulateur. J'en avais vu des enfoirés dans ma vie, assez pour que la deuxième hypothèse ne tienne pas de la paranoïa mais plus des probabilités, pour ne pas dire habitudes. Ce ne serait pas la première fois qu'un être de cette trempe m'aurais dans le collimateur, ajoutai-je à moi-même. Raison de plus pour ne pas me laisser dominer. S'il était respectueux à mon égard, autant lui donner ce qu'il était venu chercher: de quoi s'amuser. Et s'il tenait de l'autre catégorie, il était temps des tester Ashes. Faire ce que Katharina n'avait jamais pu accomplir: se défendre. Je ne gâcherais pas cette existence, je ne reproduirais pas les mêmes erreurs. De plus, j'avais le choix entre utiliser mon pouvoir, utiliser mon rang comme menace et s'il n'écoutait pas, l'effacer purement et simplement. Ce n'était pas comme si j'avais peur des représailles.

Le sourire suffisant qu'il me fit ne m'en dit pas plus sur ces véritables intentions. D'un côté son sourire indiquait qu'il se croyait irrésistible au point qu'il pensait pouvoir se permettre de me laisser un peu d'air, car il se «savait» certain de toute façon de m'avoir, que ce soit de gré ou de force. Ou de l'autre il s'agit d'un véritable joueur. Un vrai. Un qui aimait le «challenge», les victoires autant que les défaites et en qui je pouvais jouer sans craindre un réel affrontement. Il ne me restait qu'à cerner dans quelle catégorie ce charmeur se trouvait.

-Stain, répondit-il avec un grand sourire, au service de New-life depuis environ quatre mois. Et à vrai dire, les bars étaient mes habitats naturels. C’est la première fois que j’y retourne depuis ma… mort.

Après avoir eu prononcé sa phrase, il eut un tic nerveux qui me fit sourire. Il se passa la main dans les cheveux, et à voir ses traits il était embêté. C'est qu'il venait de laisser échapper quelque chose contre son gré, le petit Stain. Même si son pouvoir faisait en sorte que ce geste normalement anodin était en ce moment empreint d'érotisme d'une façon à ce que n'importe quelle autre dame se serait mouillée dessus, j'étais un peu plus à même de le cerner. Ce n'était pas un geste charmeur pour montrer un côté sensible, c'était vraiment une bévue. Il venait de dire plus que ce qu'il aurait voulu admettre. Même si en réalité il n'avait rien laissé échapper de personnel ou de révélateur, j'étais certaine qu'il était un joueur. Un enfoiré n'aurait pas fait cette erreur, ou du moins avec la pratique que j'avais, j'aurais su si l'embarras était artificiel, puisque j'avais de l'expérience en la matière.

Éclatant d'un rire trainant, je lui dis: «Alors, ça fait quatre mois que tu as atterri dans cet endroit? Je suis moi-même récente de presque autant de temps. Alors ton petit nom c'est Stain. Pas très commun je t'avouerais bien de se nommer ainsi. Les gens penchent généralement plus pour des sobriquets à consonance positive, et non pas péjorative comme toi.»

Comme à mon habitude, je gesticulais beaucoup en parlant, mais pas comme les gens énergiques. Non, mes mouvements que je faisais étaient lents et presque exagérés. D'ailleurs, ce n'était pas pour rien que je me faisais souvent confondre d'être en état d'ébriété, alors que j'étais sobre. D'une certaine façon, mes grands gestes et ma façon de parler me rassuraient et me faisaient reprendre de l'assurance. Katharina avait beau paniquer à l'idée de se faire violer encore une autre fois, elle n'existait plus. Elle se devait de se taire et de disparaître. Ashes n'avait pas peur. Elle pouvait l'effacer si ça lui chantait. Je n'avais pas à avoir peur de lui, car je ne me laisserais pas embobiner par lui, tentai-je de me rassurer. Car c'était beau être parfaitement logique, c'est que son pouvoir me donnait des envies de le baiser jusqu'à l'épuisement le plus total, d'y passer la nuit entière jusqu'à ce que mes cuisses me brûlent et ne supportent plus quoi que ce soit, alors que, vous comprendrez j'espère, je n'étais PAS DU TOUT tournée vers le sexe normalement.

Une chose était sûre, la soirée s'annonçait intéressante. Moi qui aimais les défis, j'en avais un de taille. J'avais un athlète du foie qui se tenait devant moi et qui me voulait dans son lit et avait comme outil sa présence qui servait d'engrais «ultra-turbo made in Chernobyl» à hormones. Et il y a moi de mon côté qui n'avait jamais vraiment voulu quelqu'un -du coup je n'avais pas vraiment d'expérience pour gérer les hormones- et qui ne tenait pas particulièrement bien l'alcool. De plus, maintenant qu'il me parlait et que je buvais du fort, je ne pouvais pas changer au risque de montrer ma faiblesse, ce qui était hors de question. D'ailleurs, j'avais finit mon verre sans m'en rendre compte. C'est que mon alcoolisme n'était pas aussi loin que ce que je voulais bien m'admettre. Je me tournai vers le comptoir et hélai la barmaid. Venant presque instantanément, je me doutais qu'elle suivait notre échange avec un certain intérêt. Était-elle une autre de ses conquêtes passées? Ou une future? Peu m'importait en fait. Je lui redemandai un verre et reportai mon attention lentement vers celui qui prétendait se nommer Stain.

Me demandant comment ce tombeur invétéré réagirait si je le prenais de haut, puisqu'il devait avoir l'habitude de les avoir sous sa coupe, je lui lançai: «Alors mon petit Stain, que fais-tu ici ce soir? Peut-être es-tu venu voir quelles étaient les proies en ce territoire étranger qu'est New-Life, te faire une idée des gens qui fréquentent The Cat?»



   Fond by Obsession ; Codage by Bird for all forums ©
   


avatar
Non validé
"Non validé"
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
"Non validé"
Icône personnage :
points
Framboises : 259
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Aucun
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Aucun
points
Avatar : Aucun
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Des taches sur les cendres
(Ven 23 Mai - 7:30)
bal

Des taches sur les cendres

▲Stain&Ashes

Un soulagement presque imperceptible se peint sur son ravissant visage alors que je m’écarte d’elle. C’est bel et bien la première fois que je vois quelqu’un avoir une telle réaction à mon pouvoir. Je ne savais même pas que je pouvais «étouffer» quelqu’un avec. Bon, après, la réaction des gens n’est jamais tout à fait la même, rien n’est coulé dans le béton. Je ne peux toujours m’attendre aux mêmes résultats. De toute façon, ce serait ennuyant à en mourir. Un peu de challenge, ce n’est pas de refus. N’empêche, la seule raison logique je trouve à tout ça, c’est qu’elle ne peut se laisser complètement embobiner malgré toute la force que je pourrais y mettre. Elle lutte, et ça l’asphyxie presque. C’est ma toute première bataille. De toute évidence, Ashes veut jouer. Voilà qu’elle me lance une pique sur mon nom – ce qui, étrangement, me fait éclater de rire. Personne n’avait jamais remarqué la nature péjorative de ce pseudonyme. Je me demande si j’apprécie ou si je me méfie de sa perspicacité, puis je décide que je vais mettre la paranoïa en veilleuse, ce soir.

-C’est parce que j’suis la plus grosse tache de l’univers. Une fois que cette vilaine tache de vin rouge a décidé de se coller à ta chemise blanche, bonne chance pour t’en débarrasser. C’est la même chose pour moi. Et j’imagine que si on m’asperge de produits chimiques, je risque aussi de partir, mais pas pour les mêmes raisons.

En cas de doute, utiliser l’humour douteux. Ça marche toujours. Enfin, non, ça marche rarement, mais je ne peux me débarrasser de cette partie de ma personnalité. Et heureusement – ou malheureusement, je ne sais plus trop – ce que je viens de dire a une pointe de vérité. Si la tache de vin gâche votre belle chemise blanche, je peux tout aussi bien gâcher votre vie. Sauf que vous ne pouvez pas utiliser de machine à laver et d’eau de Javel sur votre vie. C’est pourquoi je ne suis pas toujours un cadeau. Bon, d’accord, je n’ai jamais été un cadeau pour personne. Et alors? Qu’est-ce que ça fait? La vie elle-même n’est pas toujours un cadeau, et parfois, même l’après-vie. Je me dis que je pourrais peut-être faire un cadeau à cette Ashes et désactiver ce pouvoir, me présenter tel que je suis. Je vous arrête tout de suite dans cette lecture. Oui, je vous entends d’ici. «Stain? Être conciliant? Impossible.» La vérité, c’est que c’est la première fois depuis des mois que je ne parle pas à quelqu’un qui me donne envie de me jeter par la fenêtre. Les gens peuvent être tellement ennuyants… Pour une fois, je n’ai pas envie d’altérer mon image. Je n’ai pas envie que la personne devant moi soit noyée par mon pouvoir. Et, je l’avoue, j’ai envie de la gagner véritablement. De tenter la vraie séduction sans tours de passe-passe. Ça, c’est du challenge. Jusqu'ici, j'y suis toujours allé par le chemin facile. En ce moment, je veux tenter quelque chose de nouveau.

Lorsqu’elle appelle la barmaid, je l’arrête avant même qu’elle parle et demande deux bières. Boire seulement de l’alcool fort, c’est mauvais et ça précipite la soirée beaucoup trop rapidement. Y’a rien de mieux que de parler en buvant de la bière. Oh, attendez, si. Le café, c’est Dieu.  Sauf quand vous voulez être ivre. Je prends donc une première gorgée de bière et écoute Ashes. Une fois de plus, sa maudite perspicacité me tire un sourire.

-Oh, oui et non. Je n’ai pas besoin d’aller dans des bars pour choisir une «proie», comme tu le dis si bien. J’avais simplement envie d’aller au The Cat, le sexe est optionnel. Une option plus que tentante, mais une option quand même.

C’est à cet instant que je décide de résorber mon pouvoir. En l’espace de quelques secondes, cette aura sensuelle, de promesses lascives, de passion ardente, s’envole. Mon charisme, lui, reste. Il est constant, toujours là. Mes petits défauts physiques peuvent se voir facilement : mes cernes dues à trop d’heures de sommeil perdues ainsi que mes cicatrices dans mon visage. J’aurais pu demander à ce que rien de tout ça ne paraisse, dans New-life.com. J’aurais pu avoir l’air parfait indéfiniment, mais ce n’est pas ce que je voulais. Je suis resté tel que j’étais lors de ma mort. Même mes cheveux ne sont pas éternellement bleus : j’achète de la teinture. Je me suis simplement demandé si je voulais toujours les garder de cette couleur, et force m’est d’admettre que peut-être qu’un jour, je voudrais retrouver ma couleur naturelle. Je veux, d’une certaine façon, rester moi-même. En-dessous de tous ces masques que je porte constamment, je veux que quelque chose reste authentique. Soudainement, sous ses yeux, Ashes n’a que Stain et rien d’autre – ou Jake, peu importe. Je me rapproche d’elle, souriant. Je me rapproche lentement jusqu’à ce que seulement quelques centimètres nous séparent d’un éventuel baiser. Je me mets à parler doucement. À une telle distance, aucun besoin de crier.

-J’aime les jeux et les défis. C’est pourquoi je laisse tomber mes petits tours de passe-passe avec toi, Ashes. Si je dois t’avoir, ce sera parce que tu l’as décidé, que tu as craqué.

Je m’écarte tout aussi lentement d’elle sans me départir de mon sourire ravageur. Je prends une seconde gorgée d’alcool et fais comme si je n’avais rien dit.

-Et toi, qu’es-tu venue faire ici?

Codage by Bird for all forums ©




Dernière édition par Stain le Mar 22 Juil - 9:10, édité 2 fois
avatar
Non validé
"Non validé"
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
"Non validé"
Icône personnage :
points
Framboises : 298
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Aucun
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Aucun
points
Avatar : Aucun
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 298
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Des taches sur les cendres
(Jeu 26 Juin - 7:25)
bal
Des taches sur les cendres

   
Ashes & Stain



Je ris doucement à sa blague fortement douteuse, malgré la boule qui me serrait la gorge face à tout son érotisme. Probablement que beaucoup auraient été rebutés par une blague de ce genre, du moins en se faisant draguer, mais moi j’aimais bien ce type d’humour. Un bon point pour lui.

Alors que j’hélai la barmaid pour me prendre un autre verre, mon assaillant hormonal m’interrompit et commanda deux bières à la place de ce que nous buvions plus tôt. Deux points de plus pour lui, il m’offrait quelque chose et voulait bien réduire le débit duquel la soirée allait se dérouler. Souriant doucement, je lui demandai de ma voix indolente s’il était venu en ce lieu pour repérer la populace qui fréquentait cet établissement.

-Oh, oui et non. Je n’ai pas besoin d’aller dans des bars pour choisir une «proie», comme tu le dis si bien. J’avais simplement envie d’aller au The Cat, le sexe est optionnel. Une option plus que tentante, mais une option quand même.

Suite à cela, Stain coupa l’alimentation de son pouvoir. Une simple façon de dire que les contractions de mon bas-ventre cessèrent, que ses yeux arrêtèrent d’être de véritables puits du Styx pour redevenir de «simple» beaux yeux assez cernés d’un bleu profond. Ses lèvres arrêtèrent de murmurer à mon âme de dévorer sa bouche divine pour apparaître telles quelles étaient, de bien belles lèvres boudeuses avec une cicatrice sur la partie inférieure -que je n’avais pas vu auparavant-. Son visage d’une perfection à couper le souffle, par de biens beaux traits et une charmante cicatrice sur son sourcil. Sa personne cessa de me supplier de me jeter sur lui et de le baiser sur le comptoir. J’aimais mieux ça. Je n’avais jamais aimé ce qui semblait parfait, car la perfection n’existait pas. J’étais bien placée pour le savoir.  Je remarquai alors à quel point j’avais résisté violemment contre son attraction lorsque je sentis toute la tension accumulée dans mes épaules se dissiper et disparaître. On aurait dit que je venais de retirer le perfecto clouté d’un punk après l'avoir porté durant une journée entière. Une pelletée de bons points pour lui. Pas que je n’aurais pas su résister, mais c’était bien plus agréable sans toute cette pression que mon corps opposait à ma volonté. Ça tenait maintenant plus du jeu que d'un redoutable défi à relever.

Par la suite, il se pencha vers moi. Se rapprochant lentement, je le laissai venir sans rien faire, attendant de voir ce qu’il voulait tenter. Lorsque nos deux visages ne furent plus séparer que par notre respiration, j’étais d’ores et déjà préparé à me faire embrasser lorsqu’il s’arrêta et me dit doucement : «J’aime les jeux et les défis. C’est pourquoi je laisse tomber mes petits tours de passe-passe avec toi, Ashes. Si je dois t’avoir, ce sera parce que tu l’as décidé, que tu as craqué». S’écartant de moi tout aussi lentement qu’il s’était approché, il prit une gorgée. Faisant comme si absolument rien ne s’était passé, il me posa sa première question de la soirée : «Et toi, qu’es-tu venue faire ici»?

Je m’étais attendu à bien des choses, mais pas à ça. Mon envie de jouer avec lui étant plus forte que jamais, je me lovai dans mon siège et, alors qu’un sourire ravi étirait la commissure de mes lèvres, je déclarai : «Oooh, pas grand-chose en fait. Je suis seulement venue me détendre et voir les morts danser». Riant doucement, je continuai après avoir pris une grande rasade : «Parfois une petite âme égarée et innocente ose s’approcher de moi dans l’espoir de trouver en ma personne une amante conciliante, jusqu’à ce qu’elle se rende compte que je ne ferai que me rire de ses tentatives».

En effet, j’étais venu quelques fois au bar auparavant. J’analysais la salle au préalable et je me choisissais un homme. Celui-ci était généralement très orgueilleux, un bel exemple du singe qui ne saurait souffrir d’un refus. C’est alors que je m’arrangeais pour commencer le cirque qu’est la séduction avec ces primates et faisait mon allumeuse tout au long de la soirée. Lorsqu’il était temps selon l’abruti de m’emballer chez lui ou lorsqu’il commençait à me toucher, c’est là que je brisais toutes ses illusions. Je m’arrangeais généralement pour que ça se produise dans un endroit isolé pour le tenter de me violer et c’est là que mon plaisir commençait. Disons juste que ma réputation commençait à ressembler à celle d’un monstre. Ce petit manège avait le mérite de leur donner une bonne leçon et de me séparer de plus en plus de mon ancien moi l’autre. Et en supplément, j’avais une réputation qui m’arrangeait au plus haut point en mon travail de Sin.

«En fait, je suis ravie que tu n’aies pas entendu parler de moi, peut-être aurais-tu hésité à m’aborder. Ha, tous ces vilains ragots infondés qui circulent sur mon innocente personne» fis-je de mon ton le plus moqueur. Déposant ma tête sur le comptoir, je rigolai doucement. Sans me départir de ma mimique, je continuai : «Alors, mon lapin, si je puis être indiscrète, comment il fonctionne ton petit tour de magie»?



   Fond by Obsession ; Codage by Bird for all forums ©
   


avatar
Non validé
"Non validé"
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
"Non validé"
Icône personnage :
points
Framboises : 259
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Aucun
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Aucun
points
Avatar : Aucun
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 259
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Aucun
Fiche : www.
Pouvoir : Aucun
Avatar : Aucun
Boîte à sms : www.
Des taches sur les cendres
(Dim 20 Juil - 5:47)
bal

Des taches sur les cendres

▲Stain&Ashes

J’ai l’impression d’avoir appuyé sur un gros bouton rouge aussitôt que je cesse le flux de mon pouvoir. Un bouton au beau milieu d’Ashes. Elle me semblait très hésitante, à la limite vulnérable. Maintenant, je sens son assurance émerger à la vitesse grand V. Elle se love gracieusement dans son siège tel un grand félin malicieux, me lançant un étrange sourire à la fois paresseux et railleur. Ouais, c’est exactement ça. Ashes est un curieux mélange de torpeur, de malice et de sensualité. Je la préfère décidemment ainsi. La jeune femme éveille en moi un intérêt encore plus vif. Je me redresse instantanément, lui offrant l’un de mes sourires ravageurs – celui qui fait fondre hommes et femmes. Laisser tomber mon pouvoir était la meilleure décision. Je veux Ashes. Je vais tout faire pour gagner cette femme, comme un trophée coulé dans l’or. Sauf que c’est moi qui vais finir par me couler en elle.

Sa façon de parler m’amuse particulièrement. Ashes me donne l’impression qu’elle récite paresseusement un poème macabre, et bien malgré moi, ça me fait sourire. J’éclate presque de rire lorsqu’elle m’explique le petit cirque à lequel elle se livre. Si elle croyait que je suis le genre d’homme à tomber dans ce genre de panneau, elle s’est foutu le genou dans le cul. C’est plutôt moi qui dresse les panneaux sur lesquels mes proies se fracassent – quoiqu’Ashes n’a pas non plus été dupe. La plupart des gens sont tellement éblouis par mon charisme et ma sensualité à l’état pur qu’ils ne se rendent même pas compte qu’ils sont envoûtés. Mais pas elle. Elle s’en est rendu compte bien assez vite.

-Comme quoi, t’es pas douce envers les hommes, dis-je en prenant une grande gorgée de bière. Je devrais décidément rencontrer plus de femmes fortes.

Et je le pense. Non, j’suis sérieux. J’aime bien parler avec des gens intéressants, avec de la personnalité. La plupart des femmes m’ennuie, elles ne sont bonnes qu’à baiser. Sans opinion, sans couleurs, sans histoire. Elles sont fades, inutiles. Même la façon dont elles sont mortes est souvent dénuée d’intérêt. Bon, j’avoue, les hommes ne sont  pas tellement mieux. J’ai parfois envie de tous et toutes leur dire de se fermer la gueule deux minutes et d’en faire une bonne utilisation, par exemple, en me suçant. Ça détend mes tympans – et pas que, en fait. C’est pourquoi Ashes est, en quelque sorte, rafraîchissante. Je n’ai pas envie de la faire taire ou de faire semblant de l’écouter en reluquant les autres personnes dans la salle. C’est une grande première. Et puis, elle fait presque le même manège que moi. Elle aussi, a des proies ; seulement, elle n’en fait pas la même chose que moi.

-Est-ce que tu croyais que j’allais être l’homme qui tomberait dans ton piège, ce soir? que je lance sarcastiquement.

Un énième sourire malicieux étire mes lèvres. Comme ça, elle a une réputation bien connue? Une vilaine réputation? J’éclate carrément de rire. Son ton laisse bien sous-entendre que lesdits ragots sont loin d’être infondés. Je me mets à la fixer avec insistance. L’ai-je déjà vue à quelque part? En tant que Deadly Dog, je connais mes pairs, une bonne partie des Players et la plupart des Deadly sins. J’ai surtout affaire avec le Sin de la Luxure, mais si je le les ai pas tous vus, j’ai au moins entendu parler de chacun d’eux. Je n’ai jamais croisé Ashes – après tout, New-life.com est bien peuplé. Quelques ouï-dires entendu à propos du Sin de la Paresse me viennent presque automatiquement en tête.  Une jeune femme aux yeux pourpres, condescendante, effrayante et qui ne fait presque jamais son boulot. J’affiche un sourire victorieux. Et si j’avais devant moi la tristement célèbre Paresse? Oh non, je n’aurais pas reculé si j’avais su qui elle était. Ça aurait tout simplement été une raison supplémentaire de la conquérir. Le défi n’en est qu’encore plus délicieux. Me taper un Sin, quoi de mieux? Oui, je veux Ashes!

-J’ai affaire à la Paresse, si je ne m’abuse?

Je baisse légèrement le ton, puisque je suis sur le point de lui révéler l’identité qui doit rester secrète auprès des Players.

-J’suis un chien – au sens propre de New-life, bien sûr. Quoique je m’assume également en tant que chien au sens figuré, que j’ajoute en riant.

Je manque m’étouffer avec ma bière lorsqu’elle m’appelle «mon lapin». Je me mets de nouveau à rire, haussant les sourcils. L’espace de quelques secondes, je me demande si je devrais lui expliquer comment le pouvoir dont j’ai hérité fonctionne. Bah, pourquoi pas? Après tout, le fait qu’elle sache la nature de cette capacité ne  la rendra pas moins efficace. Je prends une gorgée de bière avant de commencer à parler.

-Oh, si t’es vraiment curieuse, je peux t’expliquer en détails. Pour commencer, j’ai un charisme très fort et omniprésent – ça pousse les gens à me parler, si tu vois ce que je veux dire. Ça me donne un  certain pouvoir de persuasion. Rien de sexuel là-dedans, c’est juste l’énergie que je dégage. Le second degré, si je peux dire ça comme ça, modifie mon apparence en corrigeant tous mes défauts. En bonus, la partie du corps que tu trouves la plus attirante chez un homme va te paraître incroyablement magnifique, chez moi. Donc, disons que ce que tu préfères, c’est les yeux, ben les miens vont devenir les plus beaux que t’auras jamais vu de ta vie. Le prochain pallier est carrément sexuel, quoique j’peux pas affecter les femmes homosexuelles, les hommes hétérosexuels et les asexués. J’ai mes limites. Je peux faire manifester le désir chez autrui et contrôler sa force.  Bon, encore là, ça dépend des gens, de leur personnalité et leur libido. La réaction de chaque personne peut être différente. Enfin, le plus important à savoir, c’est que j’envoûte – j’ai bien fini par m’en rendre compte. Par exemple, si je te tiens complètement sous mon emprise – si je t’ai bien envoûtée – tu vas devenir accro à moi. Tu ferais n’importe quoi pour me plaire, pour me toucher, être dans mon lit à nouveau. Je vais devenir ta drogue.

Je prends une nouvelle lampée d’alcool avant de continuer.

-J’avoue que cet aspect me fout un peu les boules. Je l’évite, à moins que ce soit nécessaire. Puis, tout ce pouvoir est loin d’être sans conséquences. Je dois le «recharger» avec le désir et le sexe. Ouais, t’as bien entendu. Je dois me nourrir de sexe, un peu comme un incube. Si je ne le fais pas, je peux dire adieu à mon pouvoir.

J’évite délibérément de lui dire que si je ne me «nourris» pas à intervalle régulière, mes forces vitales me quittent en même temps que mon pouvoir. C’est mon point faible, et seuls les imbéciles dévoilent leurs faiblesses.

-Tu sais maintenant comment ma prétendue magie marche. Satisfaite?


Codage by Bird for all forums ©


Page 1 sur 1

Ouvrir les outils de navigation et modération
Sauter vers: