Image Resizing


Partagez | 
Page 1 sur 1
avatar
Player
"Player"
Icône personnage :
Framboises : 318
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Paresse
Fiche : www.
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
Boîte à sms : www.
"Player"
Icône personnage :
points
Framboises : 318
points
Sac à dos : Rien
points
Badges :
points
Péché capital : Paresse
points
Fiche : www.
points
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
points
Boîte à sms : www.
points
bla
Icône personnage :
Framboises : 318
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Paresse
Fiche : www.
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
Boîte à sms : www.
Icône personnage :
Framboises : 318
Sac à dos : Rien
Badges :
Péché capital : Paresse
Fiche : www.
Pouvoir : Calmer/endormir les gens grâce à la voix
Boîte à sms : www.
■■ Comme des enfants
(Dim 22 Sep - 10:39)
bal
Comme des enfants
PV LITTLE RED RIDING HOOD

Eh, petit Evelyne, t'en souviens tu? De quoi, me demande-tu? Eh bien de tout. De la sensation d'être en vie. De ton passé. De ce que tu as chéri et aimé. Ca ne fait que deux ans que tu es ici, certes, mais ça ne te parait pas être une éternité?
Elle lâche sa main, elle marche, elle court. Le vent joue avec ses longs cheveux, et un sourire apparaît enfin sur ses lèvres. Il lui arrive parfois de se retourner, comme pour vérifier si on ne l'a pas laissée seule. Ne la regardez pas comme ça, ce n'est qu'une pauvre enfant à qui on a ôté la vie bien trop tôt.

Épuisée, la jeune fille tombe par terre, s'étale sur le sol et fixe le ciel dont les couleurs se partagent entre l'orange et le rose, et qui lui semble être gris comme toutes les autres choses qui l’entourent. Elle reprend doucement son souffle. Elle a chaud. Elle est toute rouge. Ses cheveux et sa petite robe blanche sont désormais pleins de sable, mais elle s'en fiche. Elle est bien là. Elle ne fait même plus attention à la personne qui l'accompagne dans sa découverte; sa tête est vide, elle ne pense plus à rien. Quelle découverte? Celle de la plage bien sûr. De son vivant, la jeune enfant n'avait encore jamais eu l'occasion de visiter la plage. Ce n'était pas parce qu'elle habitait loin, ou ne pouvait pas y aller; c'était tout simplement parce qu'elle n'y pensait pas. En fait, maintenant qu'on y pense, elle sortait peu de chez elle la petite. Il faut l'avouer, elle a eu beau vivre dans la ville que recouvre new-life ; elle ignore tout de celle-ci. C'était seulement après sa mort qu'elle profitait pleinement de sa vie, et découvrait des choses. N'est-ce pas ironique et risible? new-life.com et la vie de ses joueurs morts est vraiment quelque chose de tordu décidément.

Elle commence peu à peu à se calmer. Sa tête se remplie de nouveaux de plein de petites choses, mais son sourire reste là. Elle tourne doucement la tête, et cherche sa camarade des yeux qu'elle a lâchement abandonné pour courir un bon coup. Ce soir elle se conduisait comme une petite enfant. Ce soir; elle n'était pas comme d'habitude. Ca peut paraître étonnant à certains, mais elle découvrait le sable; la sensation du contact de ses pieds nus avec celui-ci. C'est vrai que lorsqu'elle n'était encore qu'une enfant, elle avait eu l'occasion de jouer avec du sable dans le bac à sable. Mais ce n'était qu'un vulgaire sable moche; à gros grains mis à disposition pour que les gosses fassent mumuse avec et n'embêtent pas leur parents. Oh que oui, ce sable n'avait rien avoir avec celui-ci. Il était blanc, il était fin, il était agréable au toucher, il était beau. Mais passons, cette "découverte" du sable expliquait pourquoi elle jouait avec d'une main; mais n'expliquait absolument pas son excitation.

Aujourd’hui, elle n’avait pas eu peur des gens dans le train. On aurait presque cru qu’elle ne les avait pas remarqués. A vrai dire, la petite semble être ailleurs depuis cet après-midi. Elle se conduit différemment ; son comportement en surprendrait plus d’un. Elle est heureuse, heureuse de découvrir la plage, heureuse de découvrir la mer… Et heureuse de voir un coucher de soleil. Elle voulait en voir un depuis toute petite. C’était un peu comme si l’un de ses rêves d’enfants se réalisait enfin.

Il était encore beaucoup trop tôt pour que le soleil aille dormir ; alors la jeune fille se releva doucement, avant de rejoindre sa camarade. Les yeux remplis d’étoiles, toute rouge –mais pas de sa course-, et sans le sourire cette fois, la jeune fille demanda tout doucement :

« - Tu veux bien qu’on aille se baigner ?

Lorsqu’elle finit de poser sa question ; elle s’empressa de fixer le sol, étant désormais plus rouge qu’une tomate.


...

© Evyplevy - 655mots
Invité
avatar
"Invité"
Invité
Invité
"Invité"
bla
■■ Comme des enfants
(Dim 29 Sep - 19:27)
bal
Assise à côté de la petite EvyPlevy, tu l'observes dans le reflet de la vitre en face de toi. Toi aussi, tu es petite. Tu es même un peu plus petite qu'elle. On dit souvent que toutes les deux vous vous ressemblez, mais tu ne vois pas en quoi. Toutes les deux vous êtes petites, vous avez les cheveux longs, et toutes les deux vous avez 17 ans. C'est tout, vos ressemblances s'arrêtent à là. Mais les gens peuvent bien penser ce qu'ils veulent, tu es bien au dessus de tout cela. Après tout, si tu te prenais la tête à chaque fois que quelqu'un disait quelque chose sur toi, tu n'en finirais plus. Elle au moins elle ne te juge pas. Peut-être c'est parce qu'elle différente. Peut-être c'est parce qu'elle ne te voit pas de la même manière que les autres. Tu n'en sais rien, et après tout, qu'est ce que ça te ferait de le savoir.

Tu sembles surprise. Serait-ce le comportement calme d'Evy qui te surprend? Tu t'attendais sûrement à ce qu'elle tremble comme une feuille à la vue de tout ce monde qui remplit le train. Mais tu le vois bien dans ce reflet, elle n'a pas peur. Au contraire, elle semble ailleurs. D'un certain côté ça te rassure, c'est quelques problèmes au moins. Mais d'un autre côté, tu te demandes ce qui peut autant la rassurer. Même si tu ne le sais pas, même si tu nies cette évidence, tu aimerais bien que ce soit toi qui la mette à l'aise. Que ce soit le fait que tu lui tiennes la main qui la calme. Mais  quelque chose semble te dire que ce n'est pas toi, que tu n'as rien avoir avec tout ça. Tu as beau te creuser la tête, y penser pendant des heures, tu n'arrives pas à te souvenir ce qui t'as rendu aussi proche de cette petite. C'est arrivé tellement soudainement. Il y a eu ce jour où tu l'as rencontré. Et cet autre jour, où tu as soudainement compris que tu l'appréciais. Tu n'arrives toujours pas à comprendre pourquoi elle est aussi proche de toi, alors que vous n'êtes encore que des inconnues. Ni pourquoi tu es aussi proche d'elle; oh que oui, tu n'arrives pas à le comprendre. Toi, tu t'étais jurée de ne jamais être proche d'un player, car ces gens là sont éphémères. Un jour ils sont là, et un autre ils disparaissent de ta vue à jamais. Eh oui, il n'y a pas de ctrl + z, ni de retour en arrière sur new-life.com, ça tu le sais. Des gens tu en as vu passer sous ton nez. Et ça ne t'as fait ni chaud ni froid à vrai dire. Depuis le temps, tu t'y es même habituée.

De la gare jusqu'à la plage, tu refuses de lui lâcher la main. Et ça ne semble visiblement pas gêner la petite Player que tu accompagnes. Ou du moins, ça ne semblait pas la gêner jusqu'au moment où elle décide de se libérer de ta main, et de courir. Tu l'observes, et ton visage affiche de nouveau la surprise. Ca t'étonne à ce point là de la voir sourire? Dis moi, c'est que son sourire semble être contagieux. Tu la suis calmement et tu l'observes. Elle te fait rire, à tes yeux elle semble n'être plus qu'une simple enfant. Décidément, elle ne fait que tu surprendre aujourd'hui. Au bout d'un moment tu la vois tomber par terre; elle s'est enfin calmée. Toi, tu continues de te diriger vers elle sans trop te presser. Tu n'as aucune envie de courir. Aucune envie de te fatiguer. Tu es tellement lente, qu'au final c'est ton amie qui a fini par venir vers toi, après s'être un peu reposée.

Ces étoiles dans ses yeux te surprennent un peu, mais son sourire absent fait disparaître le tien. Son teint rouge, tu le trouves mignon. Cette petite est mignonne. Bien plus mignonne que toi. Mais tu ne la jalouse guère. Pas une fois, quand tu lui parles, tu ne croises son regard. Tu trouvais ça un peu étrange au début, mais tu as fini par t'y habituer. Elle te demande si tu ne veux pas aller te baigner avec elle; et rougit encore plus. Tu n'y vois absolument pas d’inconvénients.

" Attends, je vérifie juste que j'ai apporté mon maillot..."

Sur ces mots, tu te penches vers ton sac que tu commences à fouiller. Il y en a des choses là dedans. Certains utiles, d'autres non. Il y a aussi de quoi manger. Il y en a au moins pour quatre personnes, quand on sait que tout ça c'est seulement pour toi, on s'étonne. Tu n'es pourtant pas plus épaisse qu'un casse croûte sncf. Il y est. Tu lui adresses donc un petit sourire avant de lui dire "il vaudrait mieux qu'on aille se changer", tout en te dirigeant vers un coin tranquille de la plage où toutes les deux vous pourriez vous changer à l'abri des regards, avec l'espoir qu'elle te suive.

#993333
Invité
Page 1 sur 1

Ouvrir les outils de navigation et modération
Sauter vers: